L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) invite le grand public, ce samedi 21 décembre dès 15h30,  au vernissage de l’exposition intitulée «la Croisée de deux arts » de la plasticienne Asma Hamza et du photographe Mohamed Fouad Belkacem, à la villa Dar Abdeltif d’El Hamma. Pour sa dernière  exposition de l’année, se poursuivant jusqu’au 2 janvier prochain, l’ARRC a tenu à  mettre à l’honneur deux artistes très engagés dans la promotion de leurs arts, que les visiteurs pourront découvrir à travers une trentaine d’œuvres inédites. Cette exposition présentée par les responsables de l’AARC comme une occasion de rencontrer « l’expression » de deux jeunes artistes, « deux personnes, deux passions distinctes, qui se croisent pourtant dans l’expression de leurs arts. La photographie n’étant pas la réalité mais plutôt l’interprétation de nos réalités qui puise son fondement dans l’imagination matérialisée par la peinture abstraite». Il est en ce sens précisé que l’artiste peintre Asma Hamza, que le grand public avait pu rencontrer pour la première fois en 2013, lors d’une exposition organisée à Alger au Centre culturel Mustapha-Kateb, s’est aujourd’hui totalement consacrée aux arts. Diplômée, elle abandonne le domaine bancaire pour se lancer dans la peinture dès 2013. L’artiste également musicienne, dessinatrice… et qui a notamment exposé à l’étranger, au Canada, s’est par ailleurs récemment engagée dans la promotion du marché de l’art « en 2019, et afin de promouvoir l’art en Algérie, elle crée avec l’aide et les encouragements de Fayçal Chaib, à travers la marque « Galdi», qui est une marque spécialisée dans la commercialisation de l’art sur le Digital.  Quant aux œuvres qu’elle proposera aux visiteurs de la Villa Dar Abdeltif, des toiles notamment intitulées « La naissance d’une Histoire », « Le début d’une précision » ou encore « Le brouillard dans les pensés »… certaines pourraient se classer dans styles abstraits alors que d’autres usent de la calligraphie ou de formes évoquant l’enluminure  fusionnant ainsi les styles et les  techniques. L’artiste «exprime sur certaines de ses toiles sa manière de rapprocher les antipodes, dans ses couleurs et styles, riches de souvenirs de voyages », expliquent les organisateurs de l’exposition.
Originaire pour sa part de la ville d’Oran, le photographe Mohamed Fouad Belkacem, informaticien de formation et de métier, s’est quant à lui tourné vers les arts grâce à de « précieux cadeaux de son père » qui lui ouvriront « l’esprit sur l’art » des livres, sur le travail de peintres tels que Edouard Manet, Vincent van Gogh, Claude Monet. Autodidacte, ayant ainsi fait le choix de s’exprimer au travers de la photographie, Mohamed Fouad Belkacem, également connu  aujourd’hui en tant que « photographe formateur », exposa pour la première fois au Musée d’Oran. Il présentera, lors de l’exposition organisée par l’AARC plusieurs séries de clichés illustrant entre autre les régions du Sud du pays dont celle intitulée «Sebaiba : entre richesse et valeur», réalisée en 2017 à Djanet, ou encore des paysages des régions de Tlemcen, Taghit ou Oran. Il est à noter que si l’exposition « la Croisée de deux arts » clôture par le programme annuel de l’AARC, les responsables de l’agence nous annoncent d’ores et déjà que l’année 2020 verra également «l’organisation d’un grand nombre d’expositions».