La participation des opérateurs nationaux aux différents salons et foires économiques et agricoles internationaux, au niveau du continent africain, sera couronnée, le 10 septembre, par une expédition à l’export vers le Sénégal et la Mauritanie. Une aubaine pour les opérateurs qui ont réussi à séduire les Africains par leurs produits lors des manifestations internationales auxquelles ils ont pris part. Le groupe public de transport routier de marchandises Logitrans a lancé, il y a quelques jours, un appel à participation en direction des exportateurs pour prendre part à cette expédition en direction de Nouakchott et de Dakar, qui prendra entre 8 et 11 jours sur un itinéraire de 3 900 km au total. «Afin d’obtenir une cotation de transport, les entreprises intéressées sont invitées à contacter les services du groupe Logitrans en leur communicant les informations sur la nature de la marchandise, la quantité en tonnes, le lieu de chargement et la destination. La date limite de confirmation à l’expédition est fixé au 5 septembre», a indiqué le groupe dans son communiqué. Ce dernier a été repris par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) afin de promouvoir cette opération et toucher le maximum d’opérateurs. Logitrans a rappelé que les frais du transport routier à l’international sont pris en charge à hauteur de 50% par le Fonds spécial de promotion des exportations (FSPE). Un fonds dédié aux exportateurs pour les faire bénéficier de réductions en matière de transport international, mais aussi d’une prise en charge pouvant atteindre les 80% des frais de participation aux foires et salons internationaux. Un effort que les entreprises versées dans l’export ont salué à maintes reprises. Seulement, vu la conjoncture économique actuelle et les marches populaires ayant affecté, selon les dires d’experts économiques, la production nationale, il faut s’attendre à ce que le volume des produits nationaux destinés à l’export soit réduit cette année. Des entreprises nationales ont confié, lors des foires nationales qui se sont tenues dernièrement à Alger, que leur production a été fortement réduite en raison de la baisse de la demande. Il est probable donc que le volume des marchandises qui sera acheminé via ce troisième convoi du genre vers le Sénégal et la Mauritanie soit inférieur à celui des deux précédents. Lors de la première expédition, en février 2018, décidée après la signature d’une convention entre Logitrans et le ministère du Commerce, portant accompagnement des exportateurs algériens en matière de transport routier international et de logistique, 340 tonnes de marchandises ont été acheminées. Ce volume se répartit en 200 tonnes de produits agroalimentaires, 60 tonnes de produits agricoles, 60 tonnes d’articles de ménage en plastique et 20 tonnes de produits chimiques. Quant à la deuxième opération de transport, elle s’est déroulée en avril avec 700 tonnes de marchandises transportées.