Par Feriel Nourine
Alors que la forte hausse des prix du pétrole et du gaz continue à améliorer les recettes de l’Algérie en matière d’exportations d’hydrocarbures, à travers des taux de progression considérables, les objectifs tracés pour les ventes hors hydrocarbures du pays tiennent, de leur côté, la route et livrent des résultats financiers en adéquation avec les attentes des pouvoirs publics.
Ces derniers ont placé la barre à hauteur de 7 milliards de dollars pour l’année 2022 dont environ la moitié a été atteinte lors du premier semestre 2022, selon le bilan des exportations algériennes durant cette période, rendu public par les services des Douanes.
Ces exportations ont atteint 25,922 milliards de dollars sur les six premiers mois de l’année en cours, soit une forte hausse de 48,3% par rapport à la même période de l’année dernière, indique l’institution douanière, précisant que sur ces recettes, 3,507 mds usd ont été réalisés par les ventes hors-hydrocarbures.
Après avoir atteint 5,03 mds usd en 2021 en exportations hydrocarbures, l’Algérie compte passer à 7 mds usd en 2022. Celles-ci avaient déjà atteint 82% au quatrième mois de l’année et ont poursuivi leur tendance haussière pour se situer à la moitié des objectifs tracés.
Il y a un mois, le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), Ali Bey Nasri, s’était montré confiant sur ce chapitre en estimant que l’Algérie était en train de s’y rapprocher. « En termes d’exportations hors hydrocarbures, nous sommes sur une bonne trajectoire », avait affirmé M. Nasri, soulignant que les 7 mds usd étaient en train d’être atteints à 95%.
Dans la foulée, il n’a pas manqué d’appeler à l’amélioration urgente de la logistique pour consolider le potentiel de l’Algérie en matière d’exportations.
Côté importations, la même source fait état d’une facture de 20,223 milliards de dollars payée entre janvier et juillet de l’année en cours, soit une augmentation de 7,41% qui devrait s’expliquer par la hausse des prix de plusieurs produits et matières premières sur le marché international, sous l’effet de la guerre en Ukraine notamment.
Partant, la balance commerciale continue à s’améliorer en faveur de l’Algérie, enregistrant un excédent de 5,689 mds usd durant la période de référence, alors qu’elle était toujours déficitaire au premier semestre 2021,-(1,348 mds usd).
Le taux de couverture des importations par les exportations s’est établi pour ce semestre à 128,2%, alors qu’il était de 92,8% pour le 1er semestre 2021, indiquent encore les statistiques des Douanes.
Au classement des principaux partenaires commerciaux de l’Algérie, la Chine vient en tête des fournisseurs (16,5%), suivie de la France (7,17%), du Brésil (6,51%), de l’Argentine (6,44 %), et de l’Italie (5,83%). Parmi les clients, l’Italie a conservé sa première position (21,83%), devant l’Espagne (12,13%), la France (9,94%), les Pays-Bas (7,38%) et les Etats-Unis (5,75%).