Les exportations de Sonatrach en valeur sont en forte hausse. Elles ont crû de 70%, 21,5 milliards de dollars à fin mai 2022, contre 12,6 milliards de dollars à fin mai 2021. Cette croissance est due à l’effet prix. Mais aussi volumes. En effet, la production primaire d’hydrocarbures a atteint 79,2 millions de tonnes équivalent pétrole à fin mai 2022, soit une hausse de 2% par rapport à la même période de 2021. C’est ce qui ressort du bilan de Sonatrach durant les cinq premiers mois de 2022. Le PDG de Sonatrach estime en ce sens que Sonatrach engrangera 50 milliards de dollars de recettes en devises en 2022, tirées des exportations d’hydrocarbures. «La moyenne du prix du baril algérien sera de 100 dollars, voire autour de 105 dollars en 2022», a-t-il ajouté. Durant cette période, Sonatrach a mis en service le gisement de pétrole de Hassi Bir Rkaiz d’une capacité de production de 13 000 barils/jour. La compagnie pétrolière nationale a réceptionné le centre de supervision du réseau de transport par canalisations. Elle a signé le second contrat d’exploration et production sous l’égide de la nouvelle loi sur les hydrocarbures portant sur le gisement de pétrole de Zarzaitine avec la compagnie chinoise Sinopec. Au cours des cinq premiers mois de 2022, Sonatrach a signé le contrat de réalisation de l’unité MBTE qui permettra, une fois mise en service, de ne plus importer cet additif qui entre dans la composition des carburants et un accord pour la réalisation d’un important bac de stockage de GNL qui permettra la réception à Skikda de gros méthaniers. Elle a réalisé 4 découvertes dont 3 en effort propre, notamment celle de gaz à Hassi R’Mel, de pétrole à Touggourt et celle en association avec l’ENI.

Pas d’importations de carburants gas oil et essences depuis 2020

Concernant le bilan de 2021 de la compagnie pétrolière nationale, présenté hier au siège de Sonatrach, il ressort que Sonatrach a exporté pour une valeur de 35,4 milliards de dollars l’année dernière, contre 20,2 milliards de dollars en 2020. Le prix moyen du baril algérien s’est élevé à 72,3 dollars, soit une augmentation de 73% par rapport à l’exercice 2020. La production primaire d’hydrocarbures s’est établie à 185,2 millions de TEP en hausse de 5% par rapport à 2020. Elle est répartie ainsi en 67 % de gaz naturel, 23% de pétrole brut,5% de condensat et 5% de GPL. Le volume des exportations d’hydrocarbures s’est établi à 95 millions de TEP, en hausse de 18% par rapport à 2020. Sonatrach a investi 5,1 milliards de dollars dont 62% en dinars. Ces investissements ont été dépensés essentiellement dans l’amont : 87% du total des investissements soit 4,4 milliards de dollars ont été consentis dans le segment exploration-production. Elle a réalisé 13 découvertes de pétrole et de gaz. La fiscalité pétrolière est en hausse. Sonatrach a versé au Trésor, au titre de cette fiscalité, 2 601 milliards de dinars en 2021, en augmentation de 40% par rapport à l’exercice 2020. Sonatrach n’importe plus de carburants. La production des raffineries s’est élevée à 28 millions de tonnes, en croissance de 1% par rapport à 2020. Ses importations notamment de MBTE ont atteint un volume de 255 000 tonnes, en baisse de 70% à comparer avec l’exercice 2020.