Le groupe Sonatrach justifie les baisses de consommation de gaz naturel chez ses principaux clients européens par les conséquences du choc pandémique sur l’économie et la consommation. La compagnie publique des hydrocarbures explique que malgré la chute des niveaux de consommation, ses livraisons de gaz à l’Europe ont augmenté durant le précédent exercice.

Si les Etats-Unis et l’Azerbaïdjan ont eu une politique d’exportation agressive, ces derniers mois, ce qui a fait grimper leurs parts de marché sur le Vieux Continent, cela ne s’est pas fait au détriment de l’Algérie qui, elle aussi, a réussi à s’imposer sur l’échiquier gazier européen, laisse entendre le groupe Sonatrach dans son communiqué.
La compagnie nationale des hydrocarbures précise, à ce propos, qu’elle a réussi à consolider sa position sur les deux marchés italien et espagnol, réputés pour être les deux principaux débouchés au gaz algérien. «L’Algérie a consolidé, en 2020, sa position de premier fournisseur de gaz de l’Espagne et de deuxième fournisseur de l’Italie», lit-on dans le communiqué, rendu public, hier, par le groupe Sonatrach. Chiffre à l’appui, la compagnie publique fait part d’une exportation en volume à destination de l’Italie de 14,8 milliards de m3 en 2020, soit une progression de 12% par rapport à 2019. Sa part de marché a ainsi augmenté à un niveau de 22% en 2020 contre 18% l’année précédente. «L’Algérie consolide sa position de 2e plus gros fournisseur de gaz sur le marché italien en dépit de la baisse des importations gazières de l’Italie en 2020 de 8% par rapport à 2019 pour se situer à 66 milliards de m3», précise Sonatrach, expliquant que ce repli de la consommation est dû notamment à la pandémie de la Covid-19. D’autre part, l’Algérie consolide également sa position de premier fournisseur de gaz de l’Espagne en 2020 avec un volume exporté de 9,6 milliards de m3 (dont une partie est destinée au Portugal), ce qui représente une part de marché de plus de 29%. Il semble ainsi que l’Algérie a pu rattraper le retard accusé durant l’année 2019 face aux autres concurrents, étant donné que le pays était détrôné par les Etats-Unis sur le marché espagnol durant cette année. En effet, les livraisons algériennes en hydrocarbures à destination de l’Espagne ont baissé de 38,4% en 2019. L’Algérie, qui était depuis 30 ans le plus grand exportateur de gaz naturel vers le royaume ibérique, a été détrônée par les Etats-Unis. Cela étant, les importations gazières de l’Espagne ont chuté d’environ 13,5% en 2020 par rapport à 2019 pour se situer à 32,6 milliards de m3. Ces volumes de gaz ont été livrés par voie de gazoduc vers l’Espagne et l’Italie. Une flotte de méthaniers appartenant au groupe Sonatrach a également contribué à l’acheminement du gaz naturel vers l’Italie. L’organe chargé de l’information statistique aux Douanes algériennes a fait état, à l’issue des onze premiers mois de 2020, d’un recul net des exportations algériennes à destination de ses clients du Vieux Continent. Sur les onze premiers mois de 2020, les exportations de l’Algérie vers l’Italie ont reculé de 27,21%, alors que ses livraisons à destination de la France ont chuté de 35,70% et de 46,72% vers l’Espagne. Pour 2019, le ministère de l’Energie a fait part, dans son bilan annuel de 2019, d’une baisse de 14,9% des exportations d’hydrocarbures, en volume, à 61,7 millions de TEP (tonne équivalent pétrole). Les exportations de gaz naturel ont chuté de 30,7% en 2019.