L’opération d’exportation de l’électricité par l’Algérie est sur le point d’être lancée pour répondre à une demande tunisienne qui augmente sensiblement en période estivale. Laquelle demande pourrait également concerner des exportations marocaines en cette source d’énergie.

Annoncé il y a quelques jours par le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, cette opération a été évoquée vendredi dernier par le P-DG de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), Moncef Harrabi. Ce dernier, cité par l’agence tunisienne TAP, a indiqué que son pays accédera à une capacité d’électricité supplémentaire de 200 à 300 mégawatts (MW), fournie par le Maroc et l’Algérie pour faire face aux pics de consommation pendant l’été 2018. «En cas de pic de consommation, la demande tunisienne auprès de l’Algérie et du Maroc peut atteindre un niveau variant entre 200 et 300 MW. Les chiffres restent variables, selon l’évolution ou la baisse du pic de la demande en électricité», a souligné M. Harrabi, qui s’est exprimé devant la presse pour rendre compte de la réunion qu’il a eu avec le P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkab, et le directeur général de l’Office national marocain de l’électricité et de l’eau potable, Abderrahim Hafidhi, consacrée à l’examen des perspectives d’échange d’électricité entre les trois pays du Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc).
Cet échange peut aller jusqu’à plus de 200%, a fait savoir le premier responsable de la STEG, ajoutant que la réunion avec les responsables algériens et marocains constitue un prélude à la mise en œuvre d’une stratégie de coopération tripartite effective dans le domaine de l’échange de l’électricité. Hier, le P-DG de Sonelgaz a profité de la rencontre ayant regroupé les entreprises de réalisation et de distribution électrique pour revenir sur cette coopération, indiquant qu’elle se renforçait de plus en plus. Il a rappelé que le système électrique maghrébin était interconnecté afin de renforcer davantage la coopération tripartite.
Pour son approvisionnement à partir de l’Algérie, la Tunisie pourra profiter de l’autosuffisance réalisée par le pays, et qui permet de mettre le cap sur l’exportation d’une quantité de cette ressource, notamment vers ce pays voisin, notamment ses zones frontalières. «Des concertations sont actuellement en cours avec la Tunisie qui bénéficiera de 400 mégawatts», avait fait savoir, en mars dernier, M. Guitouni, ajoutant que les exportations algériennes en électricité concernent également la Libye. Le premier responsable du secteur de l’énergie a fait ces déclarations lors d’une visite à partir de Khenchela, où il inspectait l’une des centrales qui serviront la stratégie d’exportation vers les deux pays voisins. L’exportation de l’électricité s’inscrit dans le cadre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Toutefois, une véritable stratégie d’exportation en la matière devrait s’appuyer sur le développement de l’énergie solaire, estiment des spécialistes du secteur. Sur ce chapitre, le même programme présidentiel vise la production de 22 000 mégawatts à l’horizon 2030.