Atteindre un volume d’exportation appréciable dans les plus brefs délais. En d’autres termes, arriver à exporter pour tout au moins l’équivalent d’un milliard de dollars.

Un plan d’action portant sur la promotion des exportations des produits agricoles sera déposé auprès du Conseil du gouvernement en septembre prochain. D’ici là, le club des exportateurs, qui a été installé hier au siège de l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (Algex) à Alger, par le ministre du Commerce, Saïd Djellab, va se réunir pour prendre acte d’autres propositions à même d’accélérer sa mise en œuvre (le plan d’action). Le ministre, qui s’exprimait lors de cette installation a tenu à faire savoir que le plan d’action a été tracé et qu’il ne reste plus qu’à le soumettre au Conseil du gouvernement pour son approbation. «Car c’est à lui que revient la décision de l’adopter ou non», a-t-il expliqué. Saïd Djellab a, par ailleurs, tenu à faire savoir que ce plan d’action national pour l’accompagnement des exportateurs de produits agricoles a été élaboré après examen, mardi dernier, des propositions soumises par les groupes de travail installés lors de la 4e rencontre du groupe de travail chargé de l’élaboration du plan d’action national pour l’accompagnement des exportateurs de produits agricoles, tenue le 3 juillet dernier au Centre international des conférences (CIC). Pour le détail, ces proposions concernent plusieurs domaines. Il s’agit du transport et de la logistique pilotés par le ministère du Transport, et la métrologie, l’accréditation et l’évaluation de la conformité dirigés par l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac), l’offre exportable pilotée par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, les réglementations juridiques et financières dirigées par la Banque d’Algérie, l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (Algex) et les Douanes algériennes. Notons que le ministre a, par ailleurs, indiqué que la 5e réunion du groupe de travail qu’il a présidé mardi dernier s’est soldée par des prises de décisions importantes. La plus importante, selon lui, a été de créer (comme indiqué plus haut) un club de force de proposions avec lequel le gouvernement pourra dialoguer. «Autrement dit, un interlocuteur fiable», a précisé le ministre. Autre décision, se pencher plus sérieusement à réformer le Fonds spécial pour la promotion des exportations (FSPE) «afin de le rendre plus efficace en matière d’aide financière nécessaire aux exportateurs», a soutenu le ministre. Toujours dans ce même registre de résultats issus de la 5e réunion, il a été décidé d’élaborer une cartographie de l’offre de la production nationale adoubée d’un calendrier de période de production. Autre initiative, la mise en place d’un agrément pour l’exportateur qui, selon le ministre, «va leur faciliter la tâche à travers l’instauration notamment d’un couloir vert». Dernière décision, la confection d’un manuel ou guide de l’exportateur où sera mentionné tout ce dont a besoin comme information l’opérateur versé dans l’export. En clair, une somme de renseignements nécessaires et utiles aux exportateurs. «Il pourra savoir où se trouve, par exemple, le plus proche organisme de certification afin de se faire délivrer rapdement ce document essentiel dans la procédure et sur lequel les pays destinataires sont très pointilleux», a instruit le ministre.
Rappelons enfin que le président du club des exportateurs, Djamel Chellouche, a appelé les exportateurs fondateurs du club à s’impliquer davantage pour que le plan d’action donne entière satisfaction.