Huit mille (8.000) dossiers de remboursement de frais de transport de marchandises exportées, couvrant les exercices 2016 à 2019, en instance de paiement, ont été apurés, dans leur totalité, avant le mois de juin dernier, a déclaré, lundi à Médéa, le ministre du Commerce, Kamel Rezig. «Tous les dossiers de remboursement des frais de transport, en instance d’étude et de prise en charge, au niveau du ministère du Commerce, entre la période 2016 et 2019, totalisant pas moins de huit mille dossiers ont été pris en charge et nous somme entrain, actuellement, de traiter les demandes de remboursement de frais de transport de marchandises, destinées à l’exportation, de l’année 2020, de sorte, à assurer la stabilité financière des opérateurs économiques impliqués dans le commerce extérieur», a indiqué à l’APS, le ministre du commerce. Il a expliqué, dans ce contexte, que le règlement de ce dossier, laissé à la traîne pendant plus de trois ans, rentre dans le cadre de la nouvelle politique de son département ministériel tendant à stimuler les activités d’exportation vers les marchés étrangers. Il a révélé, dans le même sillage, la mise en place de mesures incitatives, appelées à contribuer au développement du commerce extérieur. Il s’agit, selon Kamel Rezig, de la création d’un registre de commerce pour les entreprises d’exportation, qui donne la possibilité aux opérateurs économique d’exporter un éventail de produits et de marchandises, alors que l’ancien registre de commerce spécialisé dans l’exportation uniquement limitait l’exportation à un seul produit. Le système de remboursement de frais de transport devrait faire également l’objet de réforme destiné à lever tous les obstacles et contraintes rencontrées par les exportateurs, a ajouté le ministre, précisant qu’un projet élaboré conjointement avec le ministère des Fiances, à l’étude actuellement, devrait voir le jour prochainement. Le projet concernera, en particulier, le plafonnement et le taux de remboursement des frais de transport, dont le volume sera revu de manière à inciter les opérateurs économiques à exporter plus et diversifier, autant les marchés que les produits, sans mettre en difficulté leurs trésoreries, a-t-il signalé. Le but de ces mesures incitatives, est de «se préparer à la bataille de l’exportation, avec en ligne de mire la conquête du marché africain qui représente plus d’un milliard d’habitants, pour un volume d’échange qui dépasse les 53 milliards de Dollars US, a souligné le ministre. Cet objectif a été au centre, pour rappel, de la rencontre qui a réuni le ministre du Commerce avec les opérateurs économiques de la wilaya de Médéa, où il a mis en exergue les efforts consentis par le Gouvernement en vue de développer le commerce extérieur, les incitant à produire mieux et plus, de s’inscrire dans cette nouvelle dynamique, seule à même de garantir la pérennité de leurs entreprises, assurer des ressources financières supplémentaires et l’opportunité d’étendre leurs activités. M. Rezig a procédé, à l’entame de sa visite d’inspection et de travail, à l’inauguration, à Ksar-el-Boukhari, du nouveau siège l’inspection territoriale du commerce, à la visite d’un atelier de fabrication de chaussure à la cité 15 décembre, périphérie de Médéa et enfin à la visite de l’unité de transformation et d’exportation de dérivés de pieds de poules, sise dans la commune de Draa-Smar.(APS)