Le défi est lancé. L’Algérie devra entamer en urgence sa rupture avec une économie basée sur la rente pétrolière et dépendante à l’excès des prix de l’or noir, en mettant le cap sur des exportations hors-hydrocarbures dont le potentiel disponible ne demande qu’à être exploité à sa juste valeur ajoutée de recettes en devises.
Le président de la République a une énième fois évoqué ce dossier dans son intervention à l’ouverture de la Conférence nationale sur le Plan de relance pour une nouvelle économie. Abdelmadjid Tebboune a même fixé un montant que le pays devrait engranger dès l’année prochaine à travers la vente extra-muros de ses produits issus d’autres secteurs que le pétrole et le gaz. Il a aussi justifié cet objectif « très faisable » en promettant aux opérateurs exportateurs une batterie de mesures qui viendraient les inciter et rendre leur entreprise plus attractive par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir un parcours du combattant qui se reproduit à chaque opération et s’achève quasi fatalement par un résultat d’échec.
S’il venait à se réaliser dans le respect de l’échéance fixée, le scénario d’une Algérie en voie effective d’affranchissement de la dépendance aux hydrocarbures sera un défi doublement accompli, sachant que les recettes visées pour 2021 récoltées représenteront beaucoup plus que le double de ce qui est réalisé annuellement et, mieux, elles le seront après une année 2020 marquée par un net recul des exportations hors-hydrocarbures du pays, provoqué par la pandémie de coronavirus.
Il reste toutefois que depuis plusieurs années, chaque opérateur algérien se permet de manifester des ambitions à exporter ses produits, loin de toute connaissance des marchés extérieurs et de la concurrence qui y prévaut. Tout le monde veut produire pour exporter, dans une configuration où le métier de chef d’entreprise vient souvent empiéter sur celui d’exportateur.
Or, n’est pas exportateur qui veut. Ou qui se prétend l’être. Et la diversification des exportations des secteurs hors hydrocarbures passe aussi par cette évidence.