Par Feriel Nourine
Le secteur des hydrocarbures en Algérie serait en voie de donner naissance à une société commune algéro-turque dans l’exploration du pétrole et du gaz naturel. C’est ce qu’a déclaré le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Fatih Donmez, à travers l’agence de son pays Andalou. Cette société «mènera des activités conjointes en Algérie et dans les pays de la région», a expliqué M. Donmez. Lors de sa participation aux travaux de la deuxième conférence algérienne sur l’investissement, le ministre turc a présenté «des propositions sur les opportunités d’affaires et d’investissements entre la Turquie et l’Algérie», a-t-il ajouté. Des investissements que la Turquie semble vouloir consolider par la voie de la diversification. D’où l’intérêt porté aux hydrocarbures, secteur devenu attractif par l’intronisation d’une nouvelle loi sur les activités reconnue comme étant favorable par les entreprises étrangères. Pour rappel, ce secteur compte un partenariat solide entre Sonatrach et l’entreprise turque Botas, notamment dans le domaine du gaz et des pétrochimies. Avant les déclarations faites à Andalou, le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles s’était exprimé devant la presse algérienne, rappelant l’objectif de son pays de hisser les échanges commerciaux avec l’Algérie à 10 milliards de dollars. Au sortir d’une audience que lui a accordée le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Fatih Donmez a indiqué que «les investissements et les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Turquie avoisinent les 5 milliards de dollars et nous ambitionnons de les hisser pour atteindre les 10 milliards». «Notre rencontre avec le président Tebboune nous a offert l’opportunité de lui présenter un aperçu exhaustif de notre partenariat et de notre coopération en matière énergétique, dans le cadre du suivi de la Commission mixte algéro-turque», a précisé Donmez, indiquant que le président de la République «nous a encouragés à œuvrer dans le sens de l’approfondissement de nos relations bilatérales et de la consolidation des opportunités de l’action commune».
Dans la même optique, M.Donmez a fait savoir que la Turquie aspirait à renforcer le partenariat avec l’Algérie dans les différents domaines de l’investissement dans le sillage de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi régissant l’investissement. Intervenant lors des travaux de la conférence sur l’investissement, il a souligné qu’outre les domaines d’activité des investisseurs turcs actuellement, à l’instar des BTP, de la confection, des industries pétrochimiques et de métallurgie, la Turquie œuvre à exploiter les opportunités de partenariat «riches et larges».
M. Donmez a estimé, dans ce sens, que la nouvelle loi sur l’investissement en Algérie, qui comprend plusieurs facilitations au profit des investisseurs étrangers, devra «jouer un rôle axial pour hisser le niveau des investissements turcs en Algérie». <