Les alertes sécheresse se multiplient dans plusieurs pays d’Europe suite à un hiver particulièrement sec, «une tendance accentuée par le réchauffement climatique», a indiqué la climatologue Sonia Seneviratne. L’experte suisse qui a participé au sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a expliqué qu’il y a «une tendance, sur le long terme, à l’assèchement en Europe centrale et occidentale. On voit aussi que cette tendance va s’accentuer avec l’augmentation du réchauffement climatique». Elle ajoute que cela est un défi non seulement pour l’agriculture mais que cela affecte aussi les écosystèmes. «On peut penser par exemple, à l’été 2018 où la sécheresse a eu un important impact sur les forêts jurassiennes». En Italie, elle révèle que cela fait plus de 100 jours qu’il n’a pas plu sur la plaine du Pô. Les agriculteurs tirent la sonnette d’alarme car les nappes phréatiques sont vides. «La sécheresse est aussi une menace pour la Suisse», avertit-elle. Du côté de la péninsule ibérique, le Portugal a vécu l’hiver le plus sec du pays depuis 1931. Les trois quarts du territoire ont été classés en état de «sécheresse sévère et extrême» à la mi-mars. L’Espagne, quant à elle, sort d’un hiver très problématique. Le pays n’a reçu que l’équivalent de 45% des pluies qui tombent en moyenne en hiver.