Le directeur général de l’Institut Pasteur d’Alger, Faouzi Derrar a fait état, dimanche, d’études en cours dans certains pays européens à l’effet d’autoriser l’entrée, sur leur territoire, des personnes ayant reçu des doses de vaccins non encore recommandées pour leurs populations.
«Des études sont en cours actuellement dans certains pays notamment européens à l’effet d’autoriser l’accès des étrangers ayant reçu des doses de vaccins anti-covid19 non encore approuvées sur leurs territoires», a précisé Dr. Derrar dans une déclaration à l’APS.
Entre autres ces pays, le même responsable a cité l’Espagne qui a autorisé l’accès sur son territoire des étrangers ayant reçu des vaccins «non encore introduits dans certains pays européens», s’interrogeant sur les motifs de «l’inacceptation, par certains pays de l’espace Schengen, des étrangers ayant reçu des doses du vaccin chinois Sinovac, pourtant approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)».
Concernant le vaccin russe «Sputnik», Dr. Derrar a indiqué que l’OMS examine la possibilité de lui donner l’approbation. (APS)