Il n’en finit plus de faire parler de lui. Ismaël Bennacer est, de loin, l’international algérien le plus performant et le plus constant du moment. Que ce soit avec son club l’AC Milan ou avec la sélection, le milieu de terrain livre des prestations époustouflantes. Jeudi soir, lors du succès 3 buts à 0 des Milanais face au Sparta Prague, pour le compte de la 2e journée de la Ligue Europa, « Isma » a livré 81 minutes de haut niveau avec, cerise sur le gâteau, une superbe passe décisives sur le 3e but pour Diego Dalot. Sa performance a fait réagir le légendaire Franco Baresi qui a tweeté : « il est partout !». Constat édifiant !

Ce qui est étonne le plus chez Bennacer reste sa capacité à rééditer les performances et reproduire les efforts dans une zone de terrain qui est très exigeante sur le plan physique mais aussi mental. Un cran plus haut (en 8) ou un cran plus bas (en 6), le niveau du Fennec reste le même. Lui changer de registre n’affecte en rien son football. C’est ce qu’on peut constater. Quel que soit le niveau d’adversité.
A la Coupe d’Afrique des nations 2019 en Egypte, pour ses premiers matchs en tant que titulaire permanent avec l’EN, il a mis la barre très haut. Il était, incontestablement, la véritable révélation et sensation de la compétition contribuant, grandement, à la consécration. D’ailleurs, il a été élu Meilleur joueur de la CAN-2019 en présence de beaucoup de noms ronflants à l’instar des Sané, Salah et Mahrez.

Plus haut et plus fort
Par la suite, il a signé au « Grande Milan » pour 16 millions d’euros alors que sa valeur marchande était estimée à 12. Une petite folie signée Paolo Madini, Directeur sportif des « Rossoneri », qui a décidé de l’enrôler en provenance du modeste et relégué FC Empoli. L’ex-latéral gauche, qui a passé toute sa carrière avec la tunique rouge et noire, était persuadé de détenir une bonne pioche et un joueur d’avenir pour rebâtir. Le temps lui a donné raison.
Avant-hier, le Champion d’Afrique, qui avait assisté Baghdad Bounedjah pour le but de la victoire en finale contre le Sénégal, a été titularisé pour la 7e fois en 10 rencontres pour la réception des Tchèques du Sparta Prague. Il a activement contribué au succès des siens pour prendre les commandes de la poule « H » de la C3 avec la note complète en deux sorties.
A la 81 minutes, Stefano Pioli, son entraîneur, décide de le remplacer par l’Ivoirien Kessie afin qu’il puisse souffler. Habitué à être aligné en tandem avec ce dernier, Bennacer a été utilisé avec Sandro Tonali. Présenté comme une pépite du football italien, le transfuge de Brescia a permis à l’Algérien de jouer un cran plus haut sur le terrain. On a donc vu que l’ex Gunner pouvait aussi faire des passes pour casser des lignes et donner de la profondeur (5 réussies sur 9 tentées) et ne pas se contenter de récupérer et relancer sur des transmissions courtes.

En fait, c’est quoi la défaite ?
Il était derrière la passe qui a provoqué le pénalty raté par Ibrahimovic (39’). Aussi, il a mis Dalot sur orbite pour la 3e réalisation. Ajoutez à cela son énorme abattage dans le secteur médian. On notera un 7 sur 7 pour les duels remportés au sol, 3 interceptions et 0 faute commise pour un joueur qui était un peu trop « agressif » la saison dernière avec en moyenne un carton toutes les deux rencontres.
On se rend compte que c’est un joueur qui progresse sans cesse et travaille pour gommer ses faiblesses toute en engrangeant du temps de jeu (713 minutes cumulées). Cela ne peut qu’aider le système dans lequel il évolue à être plus efficace. D’ailleurs, il y a une stat’ qui montre l’« impact Bennacer » sur le team. Cela fait maintenant 43 rencontres qu’il n’a plus goûté à la défaite : 20 avec « El-Khadra » et 23 avec les « Milanista ». Le fait que Pioli reste aux commandes de la barre technique de la formation lombarde a aussi contribué à la stabilité de son rendement. Cela ne peut que réjouir le sélectionneur Djamel Belmadi qui a grandement besoin de lui pour les prochains défis qui attendent les Verts. n