Entre le constat amer d’une équipe de France pas au niveau de cet Euro et les premières réjouissances de certains médias étrangers, l’élimination des Bleus ne laisse pas l’Europe indifférente. De la joie belge à l’amertume tricolore en passant par les perspectives d’avenir espagnoles, ce France-Suisse fait déjà couler beaucoup d’encre.
« Ces Bleus ne méritaient pas d’aller plus loin ». Ce titre de deuxième page du Parisien, qui titre « La désillusion » son édition du jour, résume bien le constat français après l’énorme déception de lundi soir et de l’élimination des Bleus en huitième de finale face à la Suisse (3-3, 5 tab à 4). «Anéantis» pour L’Équipe, qui dresse le constat froid d’une équipe de France talentueuse mais simplement trop déséquilibrée et fragile pour espérer mieux dans cette compétition. Dans le reste de Europe en revanche, l’ambiance est nettement moins maussade.
LA SUISSE EXULTE, LA BELGIQUE S’EN AMUSE
Ainsi l’Italie se réjouit de l’élimination tricolore, en se focalisant comme beaucoup de médias sur la prestation de Kylian Mbappé. « Ciao ciao Mbappé » écrit même La Gazzetta dello Sport en Une, illustrant avec une photo du tir au but manqué par l’attaquant du PSG. La presse suisse, elle, est forcément euphorique. « La Suisse sort les champions du monde ! », s’enthousiasme 20 Minutes, « Voilà l’exploit ! Le rêve de la Suisse se réalise aux tirs au but », renchérit Le Temps, « L’équipe nationale suisse écrit une page d’histoire. Un spectacle jusqu’au bouquet final », résume le Berner Zeitung, quand le Sankt Galler Tagblatt ose: « Nous sommes Astérix ! ». Et en Belgique, le ton est presque à la moquerie, avec « Frexit » pour Le Soir, et « Ramenés à la maison » pour La Dernière Heure, comme un écho à l’hymne des Bleus lors de la Coupe du monde 2018 en Russie.
L’ESPAGNE POUSSE DÉJÀ POUR ZIDANE
Enfin, l’Angleterre et l’Allemagne mentionnent évidemment le raté de Mbappé et l’élimination française, mais le choc des Three Lions et de la Mannschaft (disputé hier) passait bien évidemment avant pour les presses nationales de ces pays. En Espagne, la qualification de la Roja à l’issue d’un match tout aussi rocambolesque ravit les quotidiens du pays, qui montrent tout de même un certain bonheur à croiser le fer avec les Suisses au prochain tour.
Concernant la France, un nom revient déjà de l’autre côté des Pyrénées : Zinédine Zidane. L’ancien entraîneur du Real Madrid est le candidat logique à une éventuelle succession de Didier Deschamps, et l’Espagne pousse déjà pour sa nomination. Sur le ton de l’humour, l’émission El Partidazo de COPE y va même de son commentaire : « Échauffe-toi Zidane, tu vas rentrer ». Partout en Europe, la déflagration de cette élimination française se fait sentir, avec des degrés de gravité bien nuancés. n