La RFEF (fédération royale espagnole de football), en collaboration avec le gouvernement espagnol, a mis en œuvre les moyens nécessaires pour que l’intégralité de la sélection soit vaccinée hier. Une décision prise dans l’urgence suite à une semaine mouvementée dans les rangs de la Roja, avec les tests positifs de Busquets et Llorente et les craintes de cluster. Semaine mouvementée pour les hommes de Luis Enrique. Lundi, le milieu de terrain du FC Barcelone Sergio Busquets a été testé positif au coronavirus et a quitté le camp d’entraînement pour s’isoler. Le lendemain, c’était au tour de Diego Llorente d’être testé positif et d’être contraint de quitter ses coéquipiers. La RFEF (fédération royale espagnole de football) a alors craint qu’un cluster ne se crée au sein de la sélection, à quelques jours seulement du coup d’envoi de l’Euro. Mais la première bonne nouvelle est tombée jeudi. Deux jours après son premier test, Diego Llorente a été testé négatif au coronavirus, comme l’ensemble de ces coéquipiers. Mais pour éviter une nouvelle frayeur, la RFEF et le gouvernement espagnol ont décidé d’agir. Hier matin, aux alentours de 10h, l’armée espagnole s’était rendu au camp de la Roja, à la Ciudad del Fútbol de Las Rozas, pour vacciner l’ensemble de la sélection, joueurs et staff compris. Le but étant de protéger tout le monde avant un mois de compétition où les échanges et les voyages seront nombreux.