C’est aujourd’hui que le tableau des quarts de finale de l’EURO-2020 sera complété. Avant un équilibré Suède – Ukraine, prévu en soirée (20h) à Glasgow (Ecosse), l’Allemagne et l’Angleterre s’affrontent à Wembley dans une des grosses affiches des 1/8 de finale.

Par Mohamed Touileb
La dernière fois qu’Anglais et Allemands s’étaient affrontés en compétition officielle, c’était en Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. La «Mannschaft» n’avait fait qu’une bouchée des «Three Lions» en s’imposant 4 buts à 1 en huitièmes de finale. Depuis, les deux sélections se sont affrontées à 4 reprises en amical pour un bilan de 2 victoires pour l’Allemagne et une seule pour l’Angleterre contre 1 match nul.
Pour ce Championnat d’Europe des nations, il faut savoir que les camarades de Matts Hummels n’ont pas rassuré quant à leur forme. Sous les ordres du très contesté Joachim Löw, qui avait résisté à une élimination calamiteuse dès le premier tour de Coupe du Monde 2018 en Russie, la sélection quadruple championne du monde a, encore une fois, frôlé la sortie de routes en phase de poules.

Kane, le moment ou jamais de se réveiller
La dernière explication contre la Hongrie s’est soldée par un score de parité. Jusqu’à 10 minutes de la fin, Leon Goretzka, auteur du but salvateur, et ses compères étaient éliminés de l’épreuve. C’est pour dire que les demi-finalistes du dernier Euro peuvent s’estimer heureux d’être toujours en vie. Néanmoins, après avoir joué la France (défaite 1-0) et le Portugal (victoire 4-2) lors du premier tour, l’Allemagne devra composer avec un nouvel adversaire de qualité : l’Angleterre.
Les protégés de Gareth Southgate n’ont, eux aussi, pas proposé le jeu attendu. Surtout qu’ils ont un effectif qui regorge d’individualités de qualité. En symbole, il y a le rendement d’Harry Kane qui n’a toujours pas réussi à trouver la faille après 3 rencontres. Offensivement et collectivement, cela reste poussif avec 2 buts marqués. Les deux ont été signés Raheem Sterling.
Pour parler de cet affrontement germano-anglais, qui de mieux que Jürgen Klopp, un Allemand qui exerce en Premier League avec Liverpool : «Nous avons bien joué contre la France et le Portugal que nous avons dominé comme pratiquement aucun autre adversaire ces dernières années. Nous avons eu du mal contre la Hongrie, oui. Mais il ne s’est rien passé de plus. Parfois, en tant qu’équipe, vous avez besoin d’un tel match», a-t-il estimé. L’ancien entraîneur du Borussia Dortmund semble confiant pour les chances de ses compatriotes malgré tous les doutes autour de la capacité de Müller & cie de prolonger l’aventure européenne.

Suède – Ukraine : indécis pour exploit inédit
Ce duel aussi passionnant qu’imprévisible sera suivi d’un autre dans la soirée entre les Ukrainiens et les Suédois. Ces derniers chercheront à remporter leur premier match à élimination directe en phase finale dans l’épreuve continental.
Janne Andersson, sélectionneur de la Suède, a déclaré : «j’ai rassemblé les joueurs et leur ai dit que je n’aimerais être nulle part ailleurs dans le monde que dans cette pièce, à ce moment, avec eux. L’Ukraine est une bonne équipe, ils savent transiter entre défense et attaque. Ils paraissaient épuisés face à l’Autriche mais comme nous, ils ont eu du repos, même plus que nous.»
Son homologue, Andriy Shevchenko, a, pour sa part, estimé que «la Suède est une équipe très organisée et je la respecte énormément. Ils ont un certain style de jeu et ils ne le quittent pas. Ce qu’ils font, ils le font très bien, surtout leurs passes vers l’avant. Ils possèdent deux grands attaquants et sont très solides physiquement, perdant jamais les un contre un.» Place au verdict du terrain. n