Depuis l’entrée en confinement partiel de l’Algérie, l’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa) a transporté plus de 10 000 passagers travaillant dans différents secteurs d’activité. Parmi eux, des professionnels de la santé de 35 structures hospitalières de la wilaya pour lesquelles ont été mobilisés quelque 1 000 employés et 157 autobus.
Dans une déclaration à l’APS, le chargé de l’information de l’Etusa, Hassane Abbès, a en effet fait savoir que ce dispositif humain et matériel permet au personnel de la santé dont des employés de l’Institut Pasteur-Algérie (IPA) et de l’Institut national de santé publique (INSP) d’être mobilisés au mieux dans le contexte de crise sanitaire actuel. Pour les établissements hospitaliers Mustapha-Pacha, Bachir-Mentouri de Kouba et El Hadi-Flici d’El Kettar, l’Etusa leur a consacré 9 bus 24H/24, ajoute la même source.
Cependant, tout n’est pas parfait dans ce dispositif selon les témoignages recueillis par l’APS. L’administrateur du Centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha, Abdelmalek Aoun, a fait part «de certaines lacunes enregistrées liées, notamment, à l’organisation de l’emploi du temps des travailleurs des établissements hospitaliers».
Mme Malika, du corps paramédical exerçant au service de neurochirurgie dans le même CHU, a précisé, de son côté, qu’elle recourait de temps en temps à ce moyen de transport, mais qu’elle avait opté, à la fin, pour le covoiturage avec ses collègues résidant près de son domicile, car les bus de l’Etusa s’arrêtent loin de sa demeure à l’est d’Alger. Samira, agent paramédical au service de néphrologie du même hôpital, résidant à El-Harrach, rencontre également le même problème et a souligné qu’elle empruntait le bus Etusa uniquement le soir. Elle prend, en revanche, un taxi clandestin ou le covoiturage avec ses collègues le matin, étant donné que les bus «passent loin de sa cité». A cet égard, le chef de service des ressources humaines à la direction de la santé et de la population de la wilaya d’Alger, Mohamed Moussaoui, a affirmé toutefois que la mise à disposition des personnels de santé des autobus de l’Etusa par le wali d’Alger a contribué à assurer la continuité du service public dans leur domaine.<