Le chef de la commission de l’Union africaine (UA) Moussa Faki Mahamat a appelé mardi à la «cessation immédiate des hostilités» au Tigré, une région dissidente du nord de l’Ethiopie où Addis Abeba mène depuis le 4 novembre une opération militaire d’envergure. «J’encourage les parties à dialoguer pour trouver une solution pacifique dans l’intérêt de l’Ethiopie», a ajouté M. Faki sur son compte Twitter. L’UA, dont le siège est installé à Addis Abeba, se tient prête à aider à la résolution de la crise, a-t-il poursuivi. «Je suis avec inquiétude l’escalade de la confrontation militaire en Ethiopie», déclare en préambule le chef de l’exécutif de l’UA, rappelant le «ferme attachement» de l’UA à la souveraineté nationale de l’Ethiopie. «J’appelle à la cessation immédiate des hostilités et demande aux parties de respecter les droits humains et de s’assurer de la protection des civils». Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la Paix 2019, a lancé le 4 novembre une opération militaire contre les autorités de la région dissidente du Tigré (nord), qu’il avait accusées préalablement d’avoir attaqué deux bases de l’armée fédérale sur leur territoire, ce qu’elle démentent. Addis Abeba a imposé un black-out complet sur l’opération militaire en cours. Les réseaux téléphoniques et internet ont été coupés dans la région du Tigré. L’aviation éthiopienne a lancé plusieurs séries de raids sur des positions tigréennes tandis qu’au sol, des combats impliquant de l’artillerie lourde ont été rapportés entre les troupes fédérales et les forces de sécurité tigréennes, notamment dans la partie occidentale de la région du Tigré.