Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi a affirmé, jeudi à Alger, que la numérisation du secteur de la santé avait pour principal objectif d’assurer une prise en charge optimale du patient. En marge d’une visite d’inspection du centre hospitalier universitaire (CHU) Isaad Hassani à Beni Messous pour s’enquérir de l’utilisation effective de la numérisation, M. Saihi a souligné que «la numérisation du secteur de la santé a pour principal objectif de prendre en charge le patient, être à son service et l’aider à bénéficier des différents services médicaux sans souffrance, un objectif pour lequel l’Etat n’a ménagé aucun effort». Il a ajouté, dans le même contexte, que «la prise en charge numérique des dossiers des patients permettra de gagner du temps aussi bien pour le patient que pour le médecin», avec un CD et un numéro d’identification national, permettant d’accéder aux dossiers médicaux et aux données relatives au parcours de soin du patient via son utilisation, et ce, dans l’ensemble du pays». «Le service numérique dans les hôpitaux sera généralisé avant le mois de juin 2023» a déclaré le ministre, soulignant que «l’ère du papier est révolue», et que les coûts exorbitants de l’utilisation des papiers le seront également. Pour ce qui est des appareils médicaux acquis, il a souligné qu’il s’agit d’équipements numériques reliés à des ordinateurs, répondant à la nouvelle orientation de hôpital. Concernant les commissions d’inspection mises en place, en application des instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le ministre a indiqué que «ces commissions sillonnent les différents régions du pays pour s’enquérir de l’état général des hôpitaux en ce qui concerne, la numérisation, les urgences médicales, l’hygiène hospitalière, la gestion financière et l’amélioration de la performance du personnel et de la qualité des services prodigués au citoyen, outre la prise en charge des besoins du personnel et l’écoute de leurs préoccupations». M. Saïhi a assuré, dans ce sens, que «plusieurs mesures seront prises en 2023 dans l’intérêt du malade». (APS)