Le directeur exécutif du FC Barcelone Ferran Reverter, nommé il y a à peine sept mois, a présenté sa démission, a annoncé mardi le Barça, un départ qui serait lié selon la presse espagnole à des désaccords autour d’un accord négocié avec Spotify. Evoquant pour sa part des «raisons familiales et personnelles» pour expliquer cette démission, le club catalan a précisé dans un communiqué que son départ serait effectif dès qu’un remplaçant lui aurait été trouvé. Selon les quotidiens La Vanguardia et Marca, le départ de Ferran Reverter, 49 ans, et dont le rôle était essentiel pour tenter de réduire la dette abyssale de plus de 1 milliard d’euros du Barça, serait en fait lié à des désaccords autour d’un éventuel accord de partenariat négocié avec le géant suédois du streaming musical Spotify. Cet accord pourrait rapporter 280 millions d’euros sur trois ans au club. Contre cette somme, Spotify deviendrait sponsor maillot du Barça, et pourrait même devenir le premier groupe à donner son nom au mythique stade du Camp Nou, en vertu d’un accord de «naming». Le Barça a signé en 2017 un accord avec le groupe japonais Rakuten, dont le nom apparaît sur les maillots des joueurs, contre 55 millions d’euros par saison, mais ce contrat prendra fin à la fin de la saison, et Ferran Reverter était en première ligne pour négocier un nouvel accord. Il était également impliqué dans le projet de rénovation du Camp Nou baptisé «Espai Barça», pour lequel les actionnaires du club ont voté en décembre pour emprunter jusqu’à 1,5 milliard d’euros à Goldman Sachs. Dans son communiqué, le Barça a salué l’action de Ferran Reverter pour restructurer la dette du club, obtenir l’approbation des actionnaires pour financer le projet «Espai Barça» et réduire le montant des salaires versés – qui représentaient 103% des revenus du club, selon des chiffres présentés par le président Joan Laporta en août.