Il pouvait difficilement faire autrement. Luis Enrique est sans surprise monté au créneau pour défendre Sergio Ramos, qui a manqué deux penalties face à la Suisse en Ligue des nations (1-1). « Les statistiques de Sergio sur penalty sont extraordinaires », l’a défendu Luis Enrique dans des propos repris par le site de l’UEFA à l’issue du match comptant pour la 5e journée de la Ligue A, l’élite de la compétition.
Alors que l’Espagne était menée 1-0 à Bâle samedi, Ramos a vu son premier pénalty bloqué par le gardien adverse à la 57e minute. Une vingtaine de minutes plus tard, sa deuxième tentative s’est avérée trop molle pour inquiéter Yann Sommer. « S’il y avait eu un troisième penalty, il s’en serait chargé aussi », a assuré Luis Enrique.
L’Espagne a finalement égalisé grâce à Gerard Moreno à la 89e minute. Ce match nul fait glisser la Roja à la deuxième place du groupe 4, à une unité de l’Allemagne, que les Espagnols défieront mardi à Séville pour la dernière journée de la phase de poules. « Les résultats auraient pu être meilleurs, mais j’analyse les choses différemment. Je regarde ce qui peut faire pencher la balance en notre faveur. Je pense que nous méritions de gagner aujourd’hui », a estimé Luis Enrique.

Annulation du match de Ligue des nations entre la Roumanie et la Norvège
Comme pressenti, l’UEFA a annoncé samedi soir, sur son site, l’annulation du match de Ligue des nations entre la Roumanie et la Norvège, qui devait se tenir à Bucarest hier soir. Plus tôt samedi, le ministre norvégien de la Santé avait intimé à la sélection nordique de ne pas se rendre en Roumanie pour la cinquième et avant-dernière journée de la compétition.
L’arrière droit Omar Elabdellaoui, qui joue au Galatasaray en Turquie, a en effet été testé positif au coronavirus vendredi et le ministre a appelé la Fédération à respecter les règles de la quarantaine, qui recommandent l’isolement en cas de contact avec un malade. Après la découverte de ce cas positif, la Fédération avait annulé son départ pour la Roumanie mais elle souhaitait obtenir l’aval des autorités pour partir et jouer cette rencontre dimanche puis son dernier match mercredi contre l’Autriche, avec qui elle partage la tête du groupe 1 de la Ligue B. Il appartient désormais, selon le communiqué de l’UEFA, à son « instance de contrôle, d’éthique et de discipline » de décider si ce match peut être reprogrammé. Si ce n’est pas possible, la Norvège aurait match perdu dès lors qu’elle est déclarée responsable de cette annulation. Dans le cas contraire, selon le règlement de la Confédération européenne, celle-ci réalisera un tirage au sort pour désigner le résultat de la rencontre.