En vue d’une possible reprise du championnat à huis clos, le Real Madrid étudierait sérieusement la possibilité de ne pas la disputer dans son stade traditionnel, le Santiago-Bernabeu. Selon Marca et AS, le club madrilène pourrait déménager au Stade Alfredo-Di Stefano, celui de son centre d’entraînement. La Liga aurait donné son aval.
Le Real Madrid va-t-il finir sa saison dans un stade de «seulement» 6 000 places ? Selon les deux quotidiens madrilènes AS et Marca, c’est une possibilité aussi concrète que réelle. En vue d’une possible reprise de la Liga dans les prochaines semaines, voire les prochains mois, les Merengue aimeraient en effet disputer leurs matches restants du côté du Stade Alfredo Di Stéfano, occupé généralement par le Castilla, l’équipe réserve. Et donc déménager temporairement du Santiago-Bernabeu. Mais pourquoi ?
Actuellement stoppé en raison du coronavirus, le championnat espagnol reprendrait très probablement à huis clos. De là part l’idée du Real, qui aimerait avancer les travaux actuels de son stade principal, dont le projet de rénovation doit s’achever dans deux ans et demi, soit pour la saison 2022-2023. «Dans ce cadre, les trois prochains étés sont fondamentaux», explique Marca, précisant que le travail a été accéléré de 50% depuis début avril. Histoire de ne pas les freiner, et étant donné que le public ne sera pas toléré, le Real privilégierait donc le Stade Alfredo Di Stéfano, situé dans son centre d’entraînement à Valdebebas.

Un stade équipé
Si la Liga aurait d’ores et déjà son aval, quid de l’UEFA ? Certes, le Real est en mauvaise posture avant son huitième de finale retour contre Manchester City (1-2 à l’aller au Bernabeu). Mais une éventuelle qualification en quart poserait forcément la question de l’endroit où le disputer. Pour Marca, il n’y aurait aucun problème, étant donné que «toutes les infrastructures des équipes et des télévisions seraient les mêmes» qu’au Bernabeu.
Par exemple, sur son site officiel, le Real précise que la pelouse du Stade Alfredo Di Stéfano est chauffée. «Il possède deux sets de télévision, quatre cabines pour les commentateurs et 10 de radio, en plus de 28 postes dédiés à la presse écrite et 32 aux commentateurs. Des caméras pour suivre les hors-jeu et une caméra master et zoom ont été installées sur la passerelle. Les journalistes disposent d’un accès exclusif au niveau inférieur du terrain de jeu où se trouve la salle de presse, une salle pour les photographes, la zone mixte et un plateau télé», peut-on encore lire. Le tout avec la «dernière technologie» et dans une enceinte «sécurisée». Ce déménagement provisoire semble donc en bonne voie. n