La fille unique du dictateur espagnol d’extrême droite Francisco Franco (1939-1975), Carmen Franco, est décédée à Madrid à 91 ans, ont annoncé vendredi l’un de ses petits-enfants et sa biographe. «Dieu a repris Man», a annoncé son petit-fils Louis Alphonse de Bourbon sur son compte Instagram, la désignant par son surnom et diffusant une photo d’elle.

«Elle est décédée à son domicile à Madrid», a annoncé sa biographe, Nieves Herrero, dans un article publié par le journal El Mundo. Carmen Franco Polo avait annoncé cette année qu’elle souffrait d’un cancer en phase terminale. Elle restait la présidente d’honneur de la Fondation nationale Francisco Franco, créée pour célébrer la figure du «Généralissime, Caudillo par la grâce de Dieu», mort de maladie en 1975 après 36 ans au pouvoir. Jusqu’à l’année dernière, quand elle sortait d’une messe à la mémoire de son père, les participants faisaient encore le salut fasciste sur le parvis de l’église, en plein Madrid. «Mon père, c’est à l’Histoire de le juger, pas à moi», s’est-elle justifiée cette année dans l’épilogue d’une biographie romancée – autorisée – écrite par Nieves Herrero sur la base de conversations avec elle. Carmen Franco, à laquelle le roi Juan Carlos 1er avait décerné le titre de «duchesse de Franco», était la mère de sept enfants et de nombreux petits-enfants. La famille se voit régulièrement reprocher de profiter de la fortune opaque du dictateur – dont de très nombreux biens immobiliers – que des journalistes ont évaluée en centaines de millions d’euros.