Par Bouzid Chalabi
Les incendies de cet été, notamment ceux intervenus sur de nombreux massifs forestiers et plus particulièrement aux piémonts des montagnes, où les périmètres de garrigue dominent, ont été à plus d’un titre dévastateurs. En effet, en plus de la perte de plusieurs hectares de forêt, ce sont autant de périmètres qui se sont retrouvés tout à fait dénudés, c’est-à-dire à la merci de l’érosion qui peut devenir très agressive par l’effet d’un ruissellement intense provoqué par de fortes pluies comme celles enregistrées ces deux derniers jours, et celles à venir, comme l’avancent les prévisions météo.
Autrement, les pluies qui se sont abattues ces derniers jours dans les zones montagneuses incendiées vont charrier par l’action d’un ruissellement intense des tonnes de limon qui finiront dans les lits des barrages de la région.
Ce qui va se traduire par un envasement accéléré de ces derniers en aval en termes de volumes et sur une période très courte. Avec comme résultat final des barrages où les volumes emmagasinés sont très en deçà de leur capacité réelle de remplissage. Une tendance que l’on peut freiner car il existe des solutions.
Il suffira, selon «le collectif Torba», qui oeuvre au respect de la terre et de l’environnement en Algérie, de construire des tranchées perpendiculaires à la pente ou des cordons pierreux ou encore mieux des banquettes ou terrasses. Toujours selon cette même source, des chantiers de réhabilitation des zones sinistrées ont été lancés et «d’autres sont en voie», souligne le collectif sur sa page facebook. Non sans préciser que «rien ne peut se faire sans le soutien humain et matériel des associations locales. Comme le collectif déplore que tout le monde parle des actions menées sur le terrain pour éviter les risques d’éboulement provoqué par le ruissellement intense «mais personne ne fait rien !»
Toujours à propos des risques d’érosion des sols, des spécialistes de l’écologie plaident pour la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour stabiliser les sols des forêts avant la prochaine saison pluviale, notamment dans les régions montagneuses touchées par les derniers incendies et qui sont exposées au phénomène. Ces derniers expliquent que ces incendies peuvent entraîner une dégradation «irréversible» du sol et provoquer avec l’arrivée des précipitations, un problème «grave» d’érosion, auquel il faudrait faire face «très rapidement» au niveau des régions montagneuses. «Les incendies de forêt entraînent une destruction de la flore dont les racines aident à fixer le sol et éviter l’érosion. Avec l’arrivée des prochaines pluies, il n’est pas exclu d’assister à l’aggravation de ce phénomène de dégradation de nos sols», ont-ils expliqué. Enfin, pour faire face à cette situation, les dits spécialistes proposent des techniques à même de permettre d’éviter ce problème et de préserver la terre et les espaces forestiers. <