Le capitaine de la sélection algérienne de football, Riyad Mahrez, a appelé à ne pas mettre de pression sur les deux sociétaires de l’Olympique lyonnais (Ligue 1 française), le milieu offensif Houssem Aouar et l’attaquant Rayan Cherki, à propos du choix de leur nationalité sportive. «Pour Aouar, s’il veut venir il vient, s’il ne veut pas, c’est son choix. S’il pense qu’il doit jouer en équipe de France, qu’il aille en équipe de France. Personne ne doit forcer personne. S’il vient : bienvenue, on l’accueillera comme tout le monde. S’il va en équipe de France, pas de problème non plus, c’est sa carrière, c’est lui qui choisit. C’est simple», a indiqué l’ailier droit de Manchester City (Premier League anglaise) dimanche soir, lors d’un direct sur Instagram avec le journaliste de beIN Sports, Smaïl Bouabdellah.
Convoité par la Fédération algérienne (FAF), Aouar (21 ans) n’a pas encore donné suite à ces sollicitations, alors que Cherki (16 ans) figure dans les futurs plans de l’instance fédérale.»Cherki est jeune, il faut lui laisser le temps. Ca ne sert à rien de lui parler de l’Algérie ou de la France, laissez-le jouer. Quand il aura envie, s’il veut venir en Algérie, il vient, mais personne ne doit le forcer», a-t-il ajouté. n