La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables Samia Moualfi a instruit dimanche les Directions
de wilayas relevant de son secteur d’entamer un recensement général identifiant les différentes menaces qui pèsent sur l’environnement.

Présidant une session de formation au profit des cadres des Directions de l’environnement des 58 wilayas en vue de l’élaboration d’une stratégie pour la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable, la ministre a insisté sur l’impératif de répertorier l’ensemble des établissements classés et d’identifier la nature des risques environnementaux éventuels. Elle a également instruit les responsables locaux de son secteur à recenser les start-up activant dans le domaine de l’environnement, notamment celles spécialisées dans le domaine de l’économie circulaire, en vue de leur accompagnement et de l’encouragement de la création d’autres entités similaires. Mme Moualfi a également donné des instructions pour le recensement de tous les espaces protégés et les risques les menaçant, de même que l’identification des différentes sources des déchets médicaux et d’établir une liste de tous les points noirs en matière de rejets des déchets ménagers et inertes, ainsi que des décharges anarchiques, parallèlement à l’élaboration d’une fiche de tous les établissements privés et publics activant dans le recyclage des déchets ménagers.
La ministre a annoncé, dans ce contexte, la création d’une plateforme numérique pour l’évaluation des efforts quotidiens des cadres et employés des Directions de l’environnement du pays et de veiller au suivi du niveau de consécration des objectifs fixés dans leurs délais afin d’assurer le succès des opérations de recensement et d’entamer l’élaboration d’une stratégie nationale de protection de l’environnement. Tous les chefs des services sensibilisation et communication des Directions de l’environnement du pays prennent part à cette première session qui se poursuivra jusqu’au 24 novembre courant. La session de formation a pour but de recueillir les propositions sur les mécanismes et méthodes de travail quotidiens des cadres locaux, avant de procéder à l’élaboration d’une feuille de route de nature à «éclaircir et définir les rôles et les missions selon de nouveaux modes de gestion modernes», a indiqué la ministre de l’Environnement. La feuille de route va permettre de mettre en place une stratégie annuelle avec des objectifs clairs et réalisables selon un calendrier précis englobant plusieurs axes.
Parmi ces axes, «la régulation du domaine environnemental dans ses différents aspects (autorisation, interdiction, sensibilisation et éducation), «la protection de la biodiversité et des systèmes environnementaux», «l’accompagnement des projets d’investissement locaux» et «l’accompagnement des établissements publics sous tutelle, notamment dans le domaine de la récupération et du recyclage des déchets».
(APS)