Le projet de réalisation d’une forêt récréative ou parc citadin, au lieu-dit Harouza, sur les hauteurs nord de Tizi-Ouzou, ne recueille pas l’assentiment de tous les Tizi-ouziens, notamment ceux qui ont la fibre écologique aiguisée.

Ils sont nombreux, dans la ville de Tizi-Ouzou et de ses environs immédiats à faire part de leur inquiétude quant au sort de la forêt de Harouza si le projet d’aménagement escompté par l’administration venait à être réalisé.
La crainte des défenseurs de ce qu’on appelle ici «le poumon de Tizi-Ouzou» est ravivée par les informations faisant état d’une réunion initiée à la Drag (wilaya) pour la mise en place du projet d’aménagement d’un parc citadin au niveau de la forêt de Harouza. «Mais qu’est-ce qui fait courir l’administration de wilaya à vouloir à tout prix réaliser un projet en pleine forêt de Harouza sous prétexte innocent de créer un parc citadin pour les citoyens», écrit l’administrateur de «Voiries de Tizi-Ouzou», un blog animé par un ex-élu à l’APC de Tizi-Ouzou. «Cette insistance me fait craindre le pire et renforce ma conviction qu’il y a forcément une volonté farouche de dilapider cet espace au profit de la mafia du foncier et les exemples sont nombreux à travers toute l’Algérie. Sous ce prétexte, on a dilapidé des milliers d’hectares de forêt, comme à Bouira et Constantine», alerte-t-il. «De grâce, laissez notre forêt de Harouza tranquille, laissez-la à l’état sauvage. C’est ce qui fait la beauté d’une forêt», s’indigne encore notre blogueur. Il recommande, sur un ton ironique, s’adressant à l’administration : «Merci de penser à nos loisirs mais, pensez d’abord à notre santé. Finissez de réaliser les cinq stations d’épuration au barrage de Taksebt, que vous avez annulées à cause de la crise financière, vous avez dit. Finissez de doter, avec le matériel nécessaire, l’hôpital dédié aux malades du cancer de Draâ Ben Khedda pour lesquels le rendez-vous de consultation prend des mois. Pensez à nos malades, faites le nécessaire pour eux. Ensuite, pensez à nos loisirs pour nous faire un parc de loisirs.» Et de s’étonner du choix de la forêt de Harouza comme site d’implantation de ce parc. «Que cache cette insistance ?», s’interroge, soupçonneux, l’ex-élu et animateur de «Voiries de Tizi-Ouzou» pour qui le nouveau pôle urbain d’Oued Falli est le plus indiqué, «car les assiettes de terrain sont disponibles et le site s’y prête à merveille», plaide-t-il.
A Tizi-Ouzou, les opposants à ce projet, dont le P/APC Ouahab Aït Menguellet et son exécutif, mettent en avant l’échec du projet du parc citadin lancé par la Direction de l’environnement de Constantine dans la forêt de Zouaghi. Ils rappellent qu’il «est devenu un cauchemar écologique qui a fini par être abandonné après avoir massacré la forêt». «On ne veut pas que le même sort arrive à notre belle forêt de Harouza», préviennent-ils.
Leur crainte est de voir le projet pris comme prétexte pour avaliser des projets immobiliers au niveau de cette forêt. «Le seul poumon qui reste aux Tiziouziens pour s’aérer, encerclés qu’ils sont par une forêt d’édifices en béton».