La ministre de l’Environnement et des énergies renouvelables, Fatima Zahra Zerouati, a annoncé, hier à Alger, que la nouvelle stratégie nationale pour l’environnement et les énergies renouvelables sera dévoilée mercredi prochain.

S’exprimant lors d’une conférence de presse animée en marge de l’ouverture de la 1re édition du Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables (26-28 mars), Mme Zerouati a affirmé que cette stratégie, qui sera dévoilée au dernier jour de la manifestation, s’était basée sur un travail de terrain visant à recenser les besoins du pays dans ce domaine à travers un questionnaire destiné à l’ensemble des walis de la République. La stratégie vient également couronner les efforts déployés par des compétences algériennes qui ont accompli des études approfondies dans les différents domaines liés aux énergies renouvelables et au recyclage des déchets en particulier, a souligné la ministre. Cette nouvelle stratégie vise, selon les explications de la ministre, à renforcer les investissements dans ce domaine en recourant aux études nationales et à la main-d’œuvre locale tout en veillant à relever le taux d’intégration nationale des produits utilisés. Les différents programmes exécutés dans le cadre de cette nouvelle stratégie auront des retombées positifs sur le plan social en termes de raccordement des zones enclavées aux énergies renouvelables et d’amélioration du cadre de vie en milieu rural, ainsi que sur le plan économique à travers la participation à la diversification de l’économie nationale, la création d’un tissus dense de PME, la découverte de nouvelles ressources et le recyclage des déchets, a expliqué Mme Zerouati. Elle permettra également à l’Algérie de remplir ses engagements internationaux et en fera un pays pionnier en la matière au vu des importantes ressources naturelles dont il dispose. Mme Zerouati a mis l’accent, par ailleurs, sur l’importance de renforcer le cadre légal et réglementaire relatif aux énergies renouvelables non solaires, outre la nécessité de passer des concepts de collecte d’ordures, récupération et recyclage aux concepts de recyclage et transformation des déchets. La cérémonie d’ouverture a été marquée par la participation des ministres de l’Energie, Mustapha Guitouni, des Ressources en eau, Hocine Necib, des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane, du Travail, de l’Emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, ainsi que du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh et de l’ambassadeur d’Allemagne à Alger, Michael Zenner, dont le pays est l’invité d’honneur de cet évènement. Lors de sa visite aux différents pavillons du Salon, le ministre de l’Energie a mis l’accent sur la nécessité de produire localement les matières premières utilisées dans la production de l’énergie solaire. Annonçant que l’Algérie compte lancer 120 mégawatts, un chiffre qui illustre les capacités de production locale des trois industriels nationaux, M. Guitouni a mis en avant la possibilité de lancer d’autres appels d’offres si ces opérateurs réussissent à fabriquer localement les composantes au lieu de se contenter de l’activité d’assemblage. Près de 100 exposants nationaux et étrangers relevant des deux secteurs ont pris part au salon, dans le but de présenter les différentes technologies utilisées dans les domaines de l’énergie renouvelable, le recyclage et la valorisation de déchets. En marge de cette manifestation, des experts algériens et étrangers animeront des conférences sur nombre de problématiques relatives au secteur.