Les défenseurs de l’environnement à Béjaïa, qui s’opposent catégoriquement à l’abattage des arbres centenaires de la bande boisée longeant le littoral d’Aokas, décidé par les pouvoirs publics pour y implanter des projets d’investissements touristiques, reviennent à la charge et se mobilisent de nouveau pour préserver ce lieu de détente et de villégiature, considéré comme l’un des poumons de la région du Sahel.

En effet, les citoyens protestataires, appuyés par des associations de défense de l’environnement, semblent décidés à réinvestir la rue pour dénoncer ceux qu’ils qualifient de «prédateurs du foncier», tout en mettant en garde les autorités compétentes quant à «la destruction de la bande maritime de la wilaya de Béjaïa». C’est du moins ce qui ressort de la dernière déclaration rendue publique, samedi dernier, à l’issue du rassemblement tenu au centre culturel Slimane Rahmani de la ville d’Aokas, où les contestataires ont tenu à interpeller, encore une fois, les pouvoirs publics, sur les menaces qui pèsent sur les deux côtes de la wilaya de Béjaïa. «Si la côte est se trouve menacée par la construction anarchique d’hôtels, celle de l’ouest voit des constructions illicites pousser comme des champignons, alors que les autorités publiques affichent un laxisme pour le moins préoccupant», ont-ils déploré dans leur déclaration. Le collectif des défenseurs de l’Environnement de Béjaïa a arrêté certaines actions à mener dans les jours à venir, à l’effet de maintenir la pression sur les pouvoirs publics dans l’espoir de les amener à renoncer à la destruction de la bande boisée d’Aokas, Parmi les initiatives prises par ce collectif citoyen, le lancement d’une pétition visant à «dénoncer l’abattage de ces arbres centenaires au profit du projet des ZET d’Aokas et Souk El Tenine». Une pétition qui sera remise aux autorités compétentes, lors du rassemblement de protestation prévu pour demain matin, mardi 19 décembre 2017, devant le siège de la wilaya de Béjaïa. Par ailleurs, les membres de l’association de protection du littoral Béjaoui, qui font partie aussi du même collectif, appellent les citoyennes et citoyens de Béjaïa à venir participer massivement à la marche populaire qui aura lieu, jeudi prochain, au chef-lieu de wilaya, dont l’itinéraire s’étalera de la maison de la culture Taos Amrouche jusqu’au siège de la wilaya. Les organisateurs de cette manifestation de rue entendent mettre en avant les mots d’ordre suivants : «Protester contre la destruction du littoral de la wilaya», «Dénoncer la mafia du littoral», «Pour l’éradication des décharges à ciel ouvert sur nos plages et rivières», «La démolition des constructions illicites». C’est dire que le fameux projet de création de deux zones d’expansion touristique (ZET) dans les stations balnéaires d’Aokas et Souk El Tenine, lequel prévoit la réalisation de près d’une vingtaine d’infrastructures hôtelières et touristiques, risque de se voir renvoyer aux calendes grecques, en raison de cette opposition citoyenne.