Reporters : Vous avez signé aujourd’hui une convention avec le cluster tourisme dans le cadre du développement de l’e-tourisme. De quoi s’agit-il concrètement ?

Mehdi Omarouayachi : Cette convention est, en fait, signée entre deux communautés. Celle du secteur numérique et celle du tourisme. Les entreprises versées dans l’un et l’autre secteur, à savoir les start-up spécialisées dans la digitalisation, les agences de voyages, les infrastructures hôtelières, les compagnies aériennes… sont appelées à se rapprocher et à travailler ensemble. L’Algérie aujourd’hui est confrontée à un challenge, celui de se bâtir une place dans l’espace virtuel qui est le net et construire une identité numérique propre à la destination Algérie. Or, cela ne peut se faire qu’à travers une collaboration étroite entre les professionnels du tourisme et les professionnels du numérique. Via cette convention, nous allons encourager les partenariats entre les entreprises des deux secteurs. On a assisté aujourd’hui à l’inauguration d’une plateforme de voyage en ligne à l’initiative d’une start-up, Ayrad, qui est membre du cluster numérique et une agence de voyages. C’est ce type d’initiative qu’on veut encourager dans le cadre de cette convention. Ce n’est qu’en mettant ensemble cette connaissance des métiers des deux secteurs qu’on peut aller vers le e-tourisme.

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat a annoncé la numérisation, avant la fin 2018, de nos hôtels. La convention est-elle concernée par ce projet ?
La convention n’est pas encore concernée de façon directe par ce projet, mais on va proposer dans ce cadre d’accompagner la modernisation numérique de toutes les infrastructures hôtelières.

Recueillis par Fazil Asmar