Reporters : Le président américain Donald Trump veut transférer l’ambassade des Etats-Unis, actuellement à Tel-Aviv, vers Jérusalem (El Qods). Quelle appréciation en faites-vous ?

 

Haytham Amayri : Dans le cas où l’Administration américaine décide de déplacer effectivement son ambassade en Israël vers El Qods, ce sera une agression du peuple palestinien dans toute sa composante et également de la nation arabe. El Qods a une dimension historique, confessionnelle, religieuse et politique importante et vitale pour nous. C’est la capitale éternelle de la Palestine. Le transfert de l’ambassade des Etats-Unis vers la ville sainte aura des conséquences incalculables. D’autant qu’elle intervient à une date anniversaire, synonyme de toutes les agressions et de toutes les injustices pour nous, Palestiniens, la déclaration de Lord Balfour, il y a cent ans. Par la reconnaissance d’El Qods, capitale d’Israël, M Tump va légitimer tous les crimes perpétrés par l’Etat sioniste colonial à l’encontre du peuple palestinien.

Que fera l’Autorité palestinienne ?

Le président Trump pratique une politique de Daech qui consiste à mettre le feu partout. Le monde en est conscient et il existe, aux Etats-Unis, des voix et des courants qui sont effrayés par sa politique. Nous nous adresserons à eux. Par ailleurs, la vraie question est : que feront tous les Palestiniens ?. Leur cause est légitime et reconnue. Ils vont poursuivre la lutte pour qu’ils créent leur Etat. El Qods, selon le droit international, est une terre occupée. Nous lutterons pour que l’administration américaine revienne sur sa décision. Nous comptons en premier lieu nous mobiliser sur le plan politique diplomatique au niveau de l’ONU et auprès de toutes les instances internationales qui ont leur poids dans le monde. Sur le plan du droit, nous allons poursuivre en justice l’Administration américaine et tous ceux qui soutiennent sa nouvelle démarche. Et troisièmement, nous allons pacifiquement mener une campagne pour boycotter tous les produits israéliens et américains. Nous appelons également les pays arabes à nous soutenir dans cette démarche. C’est ainsi que le président américain ressentira l’impact de sa décision, ce qui pourra probablement le faire revenir sur position. Autrement, toutes les options sont ouvertes.

Peut-on s’attendre à une troisième Intifada ?

Je dis que la reconnaissance d’El Qods par les Etats-Unis comme capitale d’Israël ouvre les portes de l’enfer. Le peuple palestinien ne l’acceptera pas, ce ne sera pas une intifada seulement, mais une révolution contre M. Trump, ses alliés et sa politique de Daech.