A peine ouvert, jeudi dernier, le Salon talents et emplois a attiré la grande foule, composée notamment de nouveaux diplômés venus en quête d’un travail. Et pour cause, quelque

1 000 postes d’emploi sont proposés par une cinquantaine d’entreprises, tous secteurs confondus.

Regroupant plus d’une vingtaine de sociétés, le salon, qui célèbre aujourd’hui sa 16e édition, permet aux jeunes et moins jeunes d’aller à la rencontre de leur futur employeur mais aussi de s’enquérir des dernières nouveautés du marché de l’emploi.
11h, au Palais de la culture Moufdi-Zakaria. On constate une activité inhabituelle, des groupes de personnes s’empressent d’y accéder tandis que d’autres font les dernières vérifications de leurs curriculum vitae qui sera leur vitrine face à l’employeur. « Il est important de mettre ses atouts en avant, aucun détail ne doit être négligé. Sur mon CV, j’ai mentionné la moindre petite expérience professionnelle pour le gonfler, sans oublier que j’ai passé des heures à soigner mon apparence. Car un physique agréable augmente les chances de se faire repérer pour le poste que je vise », nous a déclaré la jeune Youssra, diplômée en langue française et qui aspire à se lancer dans la vente de produits de luxe. Hakim, pour sa part, de formation technique, a déposé son CV chez la société Brandt Algérie. « Sur la page facebook de l’événement, j’ai vu que cette société recrute des jeunes techniciens pour son usine de Sétif et que la rémunération devrait être conséquente. Je n’ai pas hésité une seconde à foncer, il est rare de trouver de telles opportunités de travail», a-t-il fait savoir. A l’intérieur du Salon, il est difficile de se frayer un chemin, des files d’attente se sont constituées devant certains stands d’employeurs. Les jeunes discutent avec les représentants et tentent d’impressionner pour certains. Nous sommes face à un véritable speed-dating professionnel. Intéressés par certains profils, des recruteurs font même des entretiens d’embauche sur place, comme cela a été le cas pour Dounia qui a postulé pour le poste de vendeuse pour un représentant de marque étrangère de prêt-à-porter.

Des secteurs de recrutement diversifiés
S’agissant des exposants, les organisateurs du Salon ont veillé à la diversification des offres d’emploi. On retrouve de nombreux secteurs, notamment l’agroalimentaire, à l’instar de Cevital, où les produits d’entretien représentés par Aigle, ou encore le domaine des finances. D’ailleurs, dans le Salon, on constate une forte présence des banques étrangères installées en Algérie. C’est le cas de Natixis, aujourd’hui, à la recherche de nouveaux profils. «Il s’agit de notre quatrième participation à ce Salon car nous considérons cet événement comme un moment privilégié, où l’on a la possibilité de rencontrer directement les candidats. Pour ce premier jour, nous avons reçu beaucoup de jeunes diplômés, les profils avec expérience viennent surtout le week-end. Aujourd’hui, notre société est en pleine expansion, donc nous recrutons sur le plan de notre siège et de notre réseau d’agences qui va s’élargir très prochainement », nous a confié Belaïd Djaoud, responsable du développement des ressources humaines Natixis Algérie, avant de rejoindre son stand, pris d’assaut par les postulants. Idem pour ABC Bank, dont la responsable nous a confié que la société est en pleine expansion, d’où l’ouverture du recrutement à son niveau. «Nous avons l’habitude de prendre part au Salon de l’emploi car c’est une bonne occasion pour rencontrer nos futurs employés. Ce qui est bien aussi, c’est que les gens sont venus de différentes villes, ce qui nous permettra de placer certains au niveau de nos agences en dehors d’Alger », nous a affirmé une responsable. En plus des banques, de nombreuses personnes se sont intéressés aux stands des centres commerciaux Ardis et Uno, deux grandes surfaces qui offrent de nombreuses opportunités d’embauches. Magasiniers, caissiers, gestionnaires de stock sont les profils les plus demandés. « C’est notre première participation et nous sommes à la recherche de jeunes diplômés en comptabilité, marketing mais aussi des personnes qui maîtrisent les nouvelles technologies », nous a confié la représentante d’Ardis. En ajoutant qu’« au salon, nous avons limité le recrutement à notre centre d’Alger, mais l’opération sera relancée pour l’ouverture des centres Ardis de Tizi Ouzou et Biskra ». Au pavillon B, on remarque un stand particulièrement animé. C’est carrément le rush, CV à la main, les jeunes filles se bousculent pour parler à la responsable du recrutement de la société Azadea, qui représente de nombreuses marques, à l’instar de Zara, Mango, Stradivarius et autres noms qui font perdre la tête aux fashion victimes. « Nous sommes une filiale du groupe Azadea Group Holding basé au Liban. Nous sommes les représentants officiels des marques Zara, Mango et Stradivarius pour le prêt-à-porter, mais aussi d’autres marques d’accessoires. Nous cherchons des profils uniquement pour nos magasins. Il s’agit entre autres de vendeurs et vendeuses, gestionnaires de stock et assistant manager », nous a affirmé Mme Ouled Ali, assistant du directeur général. Implanté au niveau du Centre commercial de Bab Ezzouar, parc Mall Sétif, Ardis Oran, Ardis Alger, Sidi Yahia et Didouche-Mourad, Azadea compte aujourd’hui vingt boutiques de marques en Algérie. La société prévoit l’ouverture de dix autres magasins d’ici 2019. Devenue une tradition, la participation des entreprises au Salon leur permettra d’actualiser et élargir leurs bases de données. « Pour davantage d’efficacité dans le recrutement des compétences », selon les organisateurs. «Sa régularité et la pertinence de ses ciblages font de ce rendez-vous l’espace qui répond aux besoins, parfois urgents, des entreprises pour la réalisation de leurs objectifs stratégiques », précise-t-on.