Face au ministre de la Santé Abderrahmane Bouzid, hier à l’APN, des parlementaires ont soulevé la question des couches sociales les plus impactées par les effets de l’épidémie du Covid-19. Certains d’entre eux se sont interrogés en particulier sur le sort des catégories laborieuses, dont les journaliers, dont l’activité se trouve paralysée ou menacée.

En réponse, le ministre a admis que certaines catégories «paieront davantage que les autres» le prix de la crise sanitaire qui touche le pays. Il a cependant affirmé avoir confiance dans les capacités de résilience de la société par les temps difficiles et s’est dit rassuré par l’esprit de solidarité qui s’est manifesté partout où les besoins se sont fait ressentir. A ce sujet, on signale, en effet, de nombreuses initiatives exprimées, a indiqué le ministre de la Santé, sous forme de dons d’équipements médicaux et de produits pharmaceutiques et d’hygiène. Pour ce faire, la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) a mis à la disposition des personnes morales et physiques voulant faire don de ces produits toutes ses infrastructures de stockage et hangars.
Toujours dans le domaine médical, des opérateurs nationaux activant dans l’industrie pharmaceutique ont annoncé avoir pris des dispositions pour assurer la disponibilité de médicaments et de produits hydroalcooliques. Biopharm, Saidal et El Kendi ont fait état d’une production de 476 000 litres de solutions hydroalcooliques qui sera livrée à la PCH qui, à son tour, sera chargée de la distribuer auprès des établissements, instances, services hospitaliers et officines privées. Ces groupes pharmaceutiques ont assuré avoir pris une série des mesures pour renforcer la production locale en médicaments et autres produits fortement recommandés pour la prévention contre la contamination du coronavirus.
Sonatrach, Sonalgaz et Seaal ont également entrepris diverses actions de solidarité et de réponse aux attentes exprimées en matière de disponibilité de carburants, d’alimentation en électricité et d’accès à l’eau potable. Des groupes publics industriels dans les secteurs de l’agroalimentaire, du textile et de l’hygiène, Getex, Agrodiv, Divindus, ont annoncé de leur côté la mobilisation de leurs effectifs en réadaptant leurs activités et en renforçant leurs capacités de production.
Les entreprises du secteur des transports, à l’exemple du Groupe de transport terrestre de marchandises et de logistique (Logistrans) et de la Compagnie industrielle des transports algériens (Cital), ont fait des dons de matériels sanitaires, d’équipements de protection et de gels désinfectants au profit des personnels soignants au niveau des hôpitaux de Blida et de Boufarik.

Equipements médicaux et produits alimentaires
D’autres intervenants du secteur ont, selon l’APS, mis à la disposition des hôpitaux leur flotte de bus pour assurer le transport de leur personnel. Selon la même source, les opérateurs de la téléphonie mobile ont apporté aussi leur assistance en octroyant, dans le cas de Djezzy, une dotation de 42 millions de DA au profit des hôpitaux pour l’achat d’équipements médicaux, en sus des offres gratuites proposées par Mobilis sur des communications et des connexions internet pour ses clients de Blida.
Des actions similaires ont été engagées, en outre, par des sociétés privées comme Henkel Algérie et le groupe Cévital et les entreprises du Forum des chefs d’entreprise (FCE) pour faire face au Coronavirus, à travers notamment des acquisitions de matériels médicaux, de mesures d’augmentation des capacités de production, de distribution de produits alimentaires et des baisses de prix de leurs produits (farine, semoule, sucre, huile…).
Des établissements hôteliers, rappelons-le, ont décidé d’accueillir des ressortissants algériens rapatriés de l’étranger et mis en quarantaine, allégeant la pression engendrée par cette pandémie sur les infrastructures de santé. A cela s’ajoutent des initiatives individuelles, à l’exemple de celle entreprise par l’homme d’affaires Djillali Mehri, qui a fait don de 500 000 dollars pour contribuer à l’acquisition de matériels médicaux et de masques de protection au profit des professionnels du secteur de la santé publique. Des quantités de produits alimentaires et pharmaceutiques ainsi que des moyens de protection ont été, par ailleurs, assurés aux citoyens et hôpitaux de la région de Blida, depuis le début de cette crise sanitaire, par des membres du Club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja (CEIMI), qui se sont engagés à poursuivre cette action jusqu’à la fin l’épidémie.
Des parlementaires et des formations politiques ont décidé, eux aussi, de faire don de leurs salaires et de contribuer aux opérations humanitaires contre la propagation du Covid-19. Le mouvement associatif n’est pas en reste, se distinguant, quant à lui, par des actions sur le terrain et des initiatives ciblant des familles nécessiteuses et des populations soumises au confinement, en particulier celles vivant dans la wilaya de Blida.
Le Croissant-Rouge algérien (C-RA) a ainsi tenu à répondre aux besoins des associations locales, acheminant à travers ses propres moyens des aides multiples octroyées par des particuliers, des entreprises et des parties étrangères. Selon la présidente du C-RA, Saïda Benhabilès, plus de 30 000 bénévoles ont été mobilisés sur le terrain pour venir en aide aux populations en besoin. n