La mauvaise passe que traverse actuellement l’économie nationale, sous l’effet des mesures sanitaires imposées par le Covid-19, a fait l’objet d’une enquête menée par le Centre de formation et de conseil Evidencia Business Academy (Evidencia) auprès de 250 chefs d’entreprise, entre TPE et PME, regroupant divers secteurs d’activités, services, industrie, commerce et autres.
Ce type d’entités économiques est le plus touché par la détérioration provoquée par la pandémie, souligne Evidencia, soulignant que sur les responsables enquêtés, «22% ont licencié au moins la moitié de leurs employés et connu une baisse de 60% de leur chiffre d’affaires». Dans ce contexte de crise, «les entreprises font face à des difficultés de liquidité, de paiement des salaires et des charges fixes, dont 3⁄4 d’entre elles ne peuvent y faire face, si elles ne sont pas soutenues», alerte à son tour le centre, dans le sillage des constats établis préalablement par d’autres intervenants, dont les associations patronales et les sections syndicales.
C’est pourquoi, «il est urgent et primordial de polariser les énergies et les efforts de toutes les parties prenantes, gouvernement, banques, organisations et associations du milieu économique, afin de lancer des actions communes pour sauver nos entreprises. L’objectif immédiat est de concentrer les efforts pour maintenir et relancer l’activité économique en garantissant la circulation des flux financiers afin de soutenir la liquidité des entreprises», alerte à son tour Evidencia, non sans appeler les pouvoirs publics à la mise en place de mesures idoines pour sauver les entreprises concernées. Il s’agit, recommande la même source, de «fournir un soutien direct et immédiat aux PME et TPE pour assurer leur fonctionnement continu».
Partant du principe que «près d’un million d’entreprises, qui sont essentiellement des PME et de toutes petites entreprises (moins de 3 employés), souvent vulnérables, et 90% dont une grande partie disparaîtra si elles ne sont pas préservées des mesures qui atténueront l’effet de la crise sanitaire, les mesures doivent avoir pour objectif de préserver les emplois et les activités des entreprises en accordant, Evidencia recommande, des prêts sans intérêt ou bonifiés à court terme pour soutenir leurs trésoreries, un rééchelonnement des crédits antérieurs sans frais, le report des paiements d’électricité, gaz et eau.
Il est également recommandé de fournir un soutien direct et immédiat aux travailleurs afin de préserver les emplois, poursuit l’organisme enquêteur, soulignant que ce soutien passe le maintien de la protection sociale de ces employés, l’aide aux personnes mises au chômage technique sans solde par un revenu d’urgence sur une période de deux à trois mois pour «leur assurer des conditions de vies dignes», et la mise en place des canaux les PTE, Evidencia insiste sur ces mesures d’urgence. «Ceci passe par un engagement fort des pouvoirs publics avec les parties prenantes, y compris les organisations des employeurs et des travailleurs, ainsi que la communauté économique», conclut-elle.<