Vendredi, 10 septembre, le ministère de l’Industrie pharmaceutique a publié un communiqué par lequel il informe que le projet de production du vaccin chinois par Saidal est en phase finale et qu’il sera concrétisé dans les délais fixés. Le programme de fabrication du CoronaVac «n’a enregistré aucun retard», a-t-il encore indiqué, précisant que «le calendrier mis en place» à cet effet «a été respecté, selon les délais impartis».

Par Salim Benour
Le ministère réagissait sans doute aux interrogations qui ont fusé au début de ce mois sur la capacité du groupe pharmaceutique public et de son unité de Constantine à respecter le planning d’industrialisation du vaccin Sinovac dévoilé l’été dernier par son premier responsable, Lotfi Benbahmed en personne.
En juillet dernier, M. Benbahmed avait déclaré que la sortie des premières doses de vaccin produit par Saidal, en coopération avec le partenaire chinois, aura lieu au début de septembre. Une affirmation qui s’est révélée aujourd’hui temporellement imprécise et approximative, rappelée ensuite par le communiqué du dernier Conseil des ministres, lundi 30 août, dans le passage relatif à l’entrée en production du vaccin. Elle se fera durant les «prochaines semaines», lisait-on dans ce document, relançant les interrogations sur la ponctualité de l’opérateur public et motivant sans doute aussi les précisions que le ministère de tutelle a apportées dans son communiqué du 10 septembre.
Le ministère de l’Industrie pharmaceutique donne des détails importants, comme l’indication que la matière première a été réceptionnée le 27 août 2021 selon les termes du contrat «Bulk», terme de marketing désignant l’arrivée des molécules destinées à la fabrication du vaccin anti-Covid-19, et que le temps écoulé depuis a été consacré à l’expertise biochimique.
«Les analyses biologiques et bactériologiques sont en cours et durent trois semaines», détaille le ministère, énonçant que «toutes les installations ont été aseptisées simultanément, selon le protocole de la production d’un produit injectable notamment d’un vaccin». «La conjugaison de toutes ces étapes aboutira au lancement de la production à la fin du mois de septembre», s’engage-t-il fermement. Une initiative qui s’apparente à un effort de communication à travers lequel il soutient que le programme arrêté ne souffre d’aucun retard et que «le transfert technologique s’est réalisé dans des délais courts, sachant que ce vaccin a moins d’une année d’existence».
Le programme de production du Corona Vac, rappelle-t-on, vise à produire 2,5 millions de doses du vaccin anti-covid Sinovac. Sa concrétisation devrait donner un coup d’accélérateur à la campagne nationale de vaccination lancée en vue d’atteindre 70% de la population. Vendredi 10 septembre, cette campagne a été prolongée jusqu’à la fin de l’année, selon un communiqué du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.