Face au drame des sinistrés des incendies ayant ravagé les wilayas de l’est du pays, à El Tarf et Souk Ahra, deux des régions les plus touchées, les Algériens se sont spontanément mobilisés pour apporter leur aide confirmant ainsi un esprit et une volonté de solidarité invariablement intacts face aux coups durs qui meurtrissent le pays.

Par Sihem Bounabi
Une année après l’élan de solidarité avec la Kabylie et dans d’autres régions du pays ravagées par le feu, c’est le même réflexe d’entraide galvanisé par l’esprit de soutien et de générosité qui a animé les différentes actions menées en faveur des centaines de familles sinistrées. Des caravanes chargées d’équipements et de produits alimentaires et de première nécessité ont afflué sans cesse vers elles, depuis que l’alerte à la catastrophe a été donnée. Des poids lourds chargés de tonnes d’aides sont encore prévues pour aujourd’hui et au courant de la semaine selon les déclarations aux médias des représentants de l’Observatoire national de la société civile qui, outre les initiatives collectives et personnelles indépendantes et annoncées via les réseaux sociaux, avait lancé une campagne nationale de secours et de solidarité avec les citoyens sinistrés des incendies.
De nombreux appels sur Facebook et autres médias du genre se sont relayés pour des collectes de vêtements, de médicaments et de nourriture au profit des victimes en orientant les gens vers des sites où déposer ces dons. Ces appels ont été spontanément suivi d’un véritable élan de mobilisation de la part de particuliers en Algérie ou à l’étranger, mais également de la part des associations et organisations humanitaires ainsi que de nombreuses organisations professionnelles.
Ainsi, dès jeudi dernier, les premiers convois des premières caravanes d’une dizaine de camions chargés de plusieurs tonnes d’aide humanitaire sont arrivés à dans les wilayas de Souk Ahras et à El Tarf en provenance plusieurs wilayas du pays.
Des dizaines de camions transportant des produits alimentaires semoule, huile, sucre, des couvertures, des matelas, des médicaments et du matériel pharmaceutique et autres produits pharmaceutiques utilisés dans le traitement des brûlés, ont été envoyés par les wilayas de Guelma, Sétif, Tébessa, M’sila, Mostaganem, Annaba, Khenchela, Constantine, Oum El Bouaghi, Mila, Skikda, Tizi Ouzou, Bejaia, Bordj Bou Arreridj et Alger.

Un devoir national
Des groupes associatifs en Kabylie ont même sorti des stocks en surplus , qu’ils avaient gardés depuis l’année dernière en réserve dans le cas d’une nouvelle catastrophe, pour les mettre à disposition des sinistrés d’El Tarf et de Souk Ahras
De leur côté, les entreprises algériennes publiques et privées, représentées par leurs organisations patronales, ont également contribué à apporter leur aide à l’élan solidaire au profit des wilayas sinistrées rapporte l’APS. En effet le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Samy Agli, a affirmé à l’APS que la contribution solidaire de son organisme constitue «un devoir national dans de telles situations, surtout que «le pays a besoin aujourd’hui de toutes les énergies pour faire face aux incendies». Le président de la CAPC a ajouté que «dans ces circonstances tragiques, la CAPC a mobilisé l’ensemble de ses responsables de bureaux de wilayas et l’ensemble de ses membres pour mener des opérations de collecte et d’acheminement des différentes aides».
Dans le même esprit d’accomplir le devoir de solidarité nationale, la présidente de Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), Saida Neghza, a annoncé que des dons alimentaires, des équipements électriques et des engins de travaux publics appartenant aux entreprises membres de la CGEA ont été mobilisé pour contribuer à l’élan de solidarité nationale.
De même, le Conseil du renouveau économique algérien (CREA) a appelé, dans un communiqué, l’ensemble des opérateurs économiques adhérents à «se mobiliser pour soutenir la population dans cette terrible épreuve». Des cellules de proximité ont ainsi été organisées au niveau des wilayas d’Alger, Oran, Constantine et Béjaïa pour recevoir des dons matériels dans des entrepôts prévus à cet effet.

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach n’est pas en reste.
Par ailleurs, suite à ce drame national, le ministère de la Culture a annoncé dans un communiqué la décision de suspendre et de reporter toutes les manifestations culturelles prévues au niveau national dans le pays, dont notamment, le Festival international de Djemila, qui devait se tenir du 22 au 26 août courant à Sétif en solidarité avec les familles des victimes des incendies qui ont ravagés le pays.
Il est rappelé que dès les premières heures des incendies, des membres d’associations et des particuliers se sont mobilisés aux côtés des agents de la protection civile, dans la lutte contre les flammes, dans la prévention des foyers de feux et dans l’évacuation et l’hébergement des familles.
D’ailleurs, les images relayées par les réseaux sociaux des familles et des personnes pris au piège des feux – un spectacle de fin du monde – a bouleversé l’Algérie entière. Le lourd bilan humain n’a pas manqué non plus de susciter la réaction des internautes, faisant rejaillir la polémique sur l’efficacité des agents du gouvernement à prévenir de telles catastrophes, notamment en mettant en place une «vraie politique» de préservation de nos forêts face à la «négligence humaine» et face aux «risques désormais accrus par le réchauffement climatique». Une mention de révérence au corps des pompiers et des sauveteurs bénévoles était partout lisible sur ces réseaux.
Les comités de wilayas du Croissant-Rouge algérien (CRA), notamment celle de Tizi Ouzou, avait dépêché dès la soirée de mercredi dernier des équipes de bénévoles et de secouristes avec des ambulances médicalisée vers les lieux sinistrés afin d’apporter leur aide et aussi s’informer des besoins dans la perspective d’organiser l’opération de solidarité avec les sinistrés. De l’Ouest du pays, le comité de wilaya du CRA d’Oran a organisé une collecte pour une caravane de solidarité au profit des sinistrés des incendies pour transporter, notamment, des denrées alimentaires, de l’eau minérale, en plus d’effets dont ont besoin les enfants.
Nécessaire prise en charge psychologique et sociale
Le ministère de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme a quant à lui mobilisé les services des cellules de proximité dans les wilayas sinistrées en vue d’une prise en charge psychologique et sociale des victimes de ces incendies, selon un communiqué du ministère où il a été souligné qu’«une cellule de crise a été mise sur pied au niveau du ministère afin de suivre le déroulement de l’opération d’intervention au niveau local et donner des instructions aux services des cellules de proximité à l’effet de fournir tous les moyens matériels et humains et d’intensifier les sorties sur le terrain dans les villages».
Pour rappel, depuis le début du mois d’août, plus de 200 incendies ont été enregistrés à travers le territoire national et ont détruit des centaines d’hectares de forêts et taillis. Vendredi, les services de la protection civile ont annoncé avoir maîtrisé la totalité des incendies qui ont ravagé plusieurs wilayas du pays faisant selon un bilan provisoire au moins 38 morts et environ 200 blessés. n