La faculté de droit de l’université Hassiba-Ben Bouali de Chlef est paralysée par une grève qui a débuté dimanche dernier et se poursuit toujours.

En effet, les protestataires bloquent quasiment l’accès à l’établissement, empêchant ainsi les quelques étudiants non-grévistes de rejoindre les salles de cours. Même le vice-rectorat de la pédagogie est paralysé car le siège est situé dans la même faculté. Par le biais d’un communiqué, les grévistes font état de plusieurs revendications parmi lesquelles celle de la révision des conditions d’accès au grade de doctorat ou de mastère et de la note éliminatoire aux différents examens.
La publication des résultats aux examens (les notes) en langue nationale et la désignation d’un vice-doyen chargé de la pédagogie et des questions liées aux étudiants. Toutefois, ces derniers disent qu’ils sont « entièrement disposés à entamer des négociations avec le doyen de la faculté pour mettre fin à la situation qui prévaut au niveau de la faculté depuis des années». De plus, les étudiants se plaignent des notes éliminatoires qui, selon eux, sont « injustes » dans certains modules dit de base. Par ailleurs, il faut souligner que cette faculté connaît périodiquement des grèves dont certaines ont duré près d’un mois.
Z. M.