Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Abdelbaki Benziane a procédé, hier, à l’installation de la «cellule centrale» chargée de la gestion de la fin d’année universitaire et de la préparation de la rentrée 2020/21. Une nouvelle structure qui travaillera, depuis le siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à la gestion du secteur face aux conséquences de la pandémie de coronavirus. Sa mission principale, a ainsi expliqué le ministre, sera d’assurer la «coordination et la concertation avec tous les acteurs du secteur afin de prendre les décisions idoines pour achever l’année universitaire en cours et préparer la prochaine rentrée en fonction de l’évolution de la situation pandémique, tenant compte de la spécificité de chaque région et université». Cette «Cellule centrale» est présidée par le ministre lui-même et composée de nombreux acteurs du secteur, notamment issues des organisations estudiantines, des syndicats des enseignants universitaires, des chercheurs, ainsi que des représentants des œuvres universitaires. Abdelbaki Benziane a également précisé, hier, que les marges de manoeuvre des responsables des universités avaient été revues à la hausse. «La différence de la situation pandémique d’une région à une autre fait que les prérogatives des responsables des établissements ont été élargies pour prendre les décisions qu’ils jugent adéquates pour contrôler la situation».
Le choix de la reprise à partir du 23 août prochain, en concertation avec des représentants des organisations estudiantines, le syndicat national des enseignants chercheurs et le syndicat national des professeurs hospitalo-universitaires, sera néanmoins accompagné de plusieurs mesures de sécurité face au virus. Parmi elles, le recours à la présence partielle des enseignants chargés de dispenser les travaux dirigés. Un travail qui se fera en parallèle d’une plus large utilisation des outils internet ; le secteur envisage de mettre en place les moyens nécessaires pour optimiser le numérique aussi bien pour les enseignants que pour les étudiants. Quant à l’accueil des nouveaux étudiants, il a été annoncé hier l’organisation de portes ouvertes virtuelles sur l’université au profit des nouveaux bacheliers. Une mesure visant à endiguer l’expansion du virus.
Des visites sur terrain seront par ailleurs effectuées dès aujourd’hui (jeudi) au niveau de certains établissements universitaires en vue, explique-t-on, d’ouvrir le débat sur les éventuelles difficultés envisagées. n