« Le ministère de tutelle maintient ouvertes les portes du dialogue avec les étudiants et les partenaires sociaux et œuvre à la satisfaction des préoccupations objectives selon les moyens disponibles », a précisé Tahar Hadjar,

ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans son exposé devant la commission des finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN) sur le projet de loi portant règlement budgétaire de l’exercice 2014.

M. Hadjar a affirmé, hier à Alger, que les portes du dialogue étaient encore ouvertes devant les étudiants pour la prise en charge de leurs préoccupations, les appelant « à faire preuve de vigilance et de davantage de maturité». Le ministre a exhorté les étudiants «à faire preuve de vigilance et davantage de maturité face aux mouvements de certaines parties qui veulent semer l’anarchie à travers la manipulation des étudiants « Certaines revendications soulevées par les étudiants, à l’instar des étudiants en pharmacie sont ‘logiques et objectives’, alors que d’autres sont ‘insensées’ », a fait savoir le ministre, citant à titre d’exemple «des revendications portant sur la fermeture d’une spécialité pour permettre aux diplômés d’obtenir des postes de travail, et le recrutement de tous les diplômés dans une seule entreprise ». Soulignant la détermination de son département ministériel à trouver des solutions aux revendications « objectives et légitimes », Hadjar a estimé impératif de s’opposer à toutes les revendications qui présenteraient une certaine « malhonnêteté ». S’agissant des postes budgétaires vacants recensés ces dernières années, le ministre a indiqué que ses services avaient réussi à récupérer tous ces postes en coordination avec le ministère des Finances pour les répartir sur les différents établissements universitaires selon leurs besoins. Il y a lieu de rappeler que plusieurs campus à travers le territoire national sont bloqués par des mouvements de protestation des étudiants qui revendiquent entre autres l’amélioration de leurs conditions socio-pédagogiques.