Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a annoncé hier à Alger l’adoption à titre «permanent», dès l’année prochaine, du mode d’enseignement hybride (présentiel et distanciel) dans le système national d’enseignement supérieur.

Par Milina Kouaci
Vingt pour cent des résidences universitaires sont en mauvais état. C’est ce qu’a révélé, hier, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, lors de l’ouverture de la Conférence nationale des universités.
S’appuyant sur une enquête menée par le comité de suivi des œuvres universitaires sur toutes les résidences universitaires, le ministre a indiqué que «40% des cités universitaires sont en bon état, 20% en mauvais état et 40% dans un état normal».
Les révélations du ministre interviennent quelques semaines après que le débat sur l’état des résidences universitaires a refait surface, notamment après le décès d’une étudiante suite à un «court-circuit dans sa chambre» au niveau de la cité universitaire d’Ouled Fayet, Alger. Le drame, selon des organisations estudiantines, démontre «l’état lamentable» des résidences, où les moyens les plus élémentaires sont inexistants».
M. Benziane a ainsi fait savoir que des mesures urgentes ont été prises depuis février dernier pour la rénovation et la réhabilitation des résidences en mauvais état pour la prochaine rentrée universitaire. Il a précisé, par ailleurs, que des étudiants logeant dans les résidences en mauvais état seront transférés dans d’autres nouvelles résidences. Sur un autre volet, il a annoncé l’adoption «à titre permanent», dès l’année prochaine, du mode d’enseignement hybride (présentiel et distanciel) dans le système national d’enseignement supérieur. Cette expérience introduite pour cause de Covid-19 a constitué une opportunité pour l’adoption de ce mode d’enseignement, à titre permanent dans le système national d’enseignement supérieur, a-t-il précisé. Il a fait savoir à ce propos que des textes législatifs et réglementaires régissant ce mode d’enseignement hybride étaient en cours d’élaboration. Ajoutant que son département est en train de réunir les moyens matériels et techniques pour mener à bien l’opération. De plus, le secteur s’attelle à l’élaboration du cahier des charges pour l’acquisition d’une plateforme numérique nationale de télé-enseignement moderne, laquelle sera prioritaire dans la répartition du budget d’équipement pour cette année, a-t-il affirmé.
Le ministre a, à cette occasion, plaidé pour la poursuite de la numérisation des différentes activités pédagogiques et administratives en mettant à profit la plateforme «Progrès» pour les délibérations et les évaluations des étudiants, relevant que certains établissements universitaires étaient à la traîne en la matière. Pour lui, la progression des activités pédagogiques durant le premier semestre de l’année universitaire en cours est «acceptable». Notant que certains établissements sont en phase d’examens et de délibérations alors que d’autres en sont encore à la programmation des cours, M. Benziane a appelé les directeurs des établissements à la traîne à «redoubler d’efforts» pour rattraper le retard et finaliser les cours suivant le calendrier pédagogique annuel établi.
Concernant l’ouverture du Master à tous les diplômés et du Doctorat à tous les détenteurs de Master, sans présélection, dans le cadre de l’application des instructions du Président de la République, le ministre a indiqué que les concours de Doctorat avaient vu la prise de toutes les mesures nécessaires, notamment préventives contre le Coronavirus, relevant leur «bonne» organisation. Soulignant des taux d’absences «très importants» lors des concours de Master et de Doctorat, M. Benziane a avancé des chiffres dépassant parfois les 80%. Il a fait savoir, dans ce sens, que son département «veillera à l’élaboration de textes organisationnels pour éviter ces situations à l’avenir».
Dans ce contexte, il a appelé les directeurs des établissements universitaires à poursuivre l’organisation des concours restants, en veillant à la réunion des meilleures conditions à leur bon déroulement. Il a mis en avant, par ailleurs, l’impératif d’accorder de l’importance au cycle du Doctorat, notamment au domaine de la recherche à travers son ouverture sur la société et l’environnement économique. Les services centraux ont été chargés de permettre, dès cette année, à l’étudiant de suivre en ligne son dossier de présentation de thèse de Doctorat et ce, à partir du premier dépôt jusqu’à la présentation de la thèse. Concernant l’employabilité des diplômés universitaires, le ministre a indiqué que la commission sectorielle, dont la présidence a été confiée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, «a achevé son travail et présenté son projet aux hautes autorités du pays pour sa mise en application sur le terrain, à travers l’élaboration du statut du Doctorat, qui constituera, a-t-il dit, «un outil pour renforcer le recrutement au profit des détenteurs de Doctorat dans différents secteurs».