PAR MILINA KOUACI
Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est en passe de revoir les textes de recrutement. Le département de Abdelbaki Benziane a indiqué qu’il est en discussion avec le ministère du Travail, ainsi que la Direction générale de la Fonction publique. Ce texte comprend le développement de nouveaux mécanismes d’emplois des titulaires de magistère et de doctorat dans les entreprises administratives publiques et dans les secteurs public et privé.
En réponse à un membre de la Coordination des diplômés de doctorat et de magistère, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a exclu, lundi, tout recrutement direct des détenteurs de doctorat qui occupent des postes d’enseignant vacataire à l’université. « Etre titulaire d’un doctorat n’ouvre pas automatiquement les portes de l’enseignement universitaire, car l’enseignement est un métier qui exige des critères et des pré requis », tranche le ministre de l’Enseignement supérieur, qui explique que d’autres secteurs offrent des possibilités de recrutement aux titulaires de ces diplômes universitaires.
« Nous sommes en train de revoir les textes de recrutement. L’actuel texte n’encourage pas la production scientifique », a indiqué le ministre, qui rencontrait lundi, la communauté universitaire à l’université Mouloud-Mameri de Tizi Ouzou.
L’objectif de la tutelle est d’ouvrir d’autres horizons d’emploi aux détenteurs de doctorat au niveau de la Fonction publique, du secteur économique ou dans le secteur privé à travers la confédération de patronnât citoyen. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de création de postes de docteur au sein de l’entreprise économique algérienne pour mettre en place les jalons d’une recherche et d’un développement de l’entreprise algérienne qui ne peut se développer que par la recherche.
Il a, dans ce sens, fait savoir que son département est en train de préparer un texte qui détermine le doctorat en entreprise qui est prévu dans la loi de 2015, mais, regrette le ministre du secteur, « n’a jamais été mis en œuvre ». Pour lui, un docteur qui passe par un secteur économique ou institutionnel apportera une « expérience positive à l’université et pourra être à son service ». De son avis, ramener quelqu’un de l’entreprise à l’université sera plus important pour les établissements d’enseignement supérieur, parce qu’il apportera l’expérience de l’entreprise. « C’est de cette manière que des pays ont réussi dans leur vision de développement économique de créer cette symbiose entre le secteur économique et universitaire ».
Pour sa part, la Coordination des titulaires de doctorat et de magistère revendique le droit au recrutement direct pour tous les titulaires du diplôme de doctorat et de magistère, estimant qu’ils sont formés pour occuper le poste d’enseignant chercheur. Les détenteurs de diplôme de magister et doctorat sont également titulaires de postes reconnus par la loi et obtenus suite à un concours national, après que les universités aient exprimé leurs besoins en matière d’enseignants chercheurs. Cette corporation reproche aux universités d’avoir recours aux vacataires pour pouvoir assurer la continuité de l’encadrement pédagogique et scientifique, sachant que l’article 02 du décret exécutif 01-293 interdit le recours aux enseignants vacataires sauf dans des situations exceptionnelles. n