Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a fait état du rapatriement de 770 enseignants et étudiants jusqu’à novembre dernier, alors qu’ils se trouvaient bloqués à cause de la pandémie dans d’autres pays.
Le premier responsable du secteur a indiqué, par la même occasion, qu’il n’y aura pas une deuxième prolongation de la durée des bourses d’études à l’étranger, ce qui semble avoir contrarié les concernés qui tentent visiblement de convaincre la tutelle de la nécessité qu’ils puissent poursuivre leurs séjours et recherches à l’étranger.
Le ministre a indiqué, dans ce sens, que le rapatriement de 770 enseignants et étudiants s’est effectué durant la période de juillet jusqu’au 14 novembre derniers, ajoutant que les services de son département reçoivent des demandes pour une deuxième prolongation qui «ne peuvent être satisfaites», dans la mesure où la précédente prolongation a été accordée «exceptionnellement».
Suite à la propagation de la Covid-19 à travers le monde, la tutelle avait tenu une réunion avec la Commission nationale de formation et de perfectionnement à l’étranger (CNFPE) en deux sessions exceptionnelles pour débattre des questions relatives aux demandes de prolongation, au terme de laquelle il a été convenu d’accorder 15 jours supplémentaires par mois au profit de 281 bénéficiaires ayant épuisé leurs bourses et ce jusqu’au 30 juin dernier. Lors d’une réunion tenue le 14 juillet 2020 au siège du ministère des Affaires étrangères, il a été convenu de soumettre des propositions à la CNFPE, dont l’octroi du quart du mois à 146 chercheurs dont la bourse arrive à terme mi-juillet, tout en prolongeant les bourses, dès le mois de septembre, aux boursiers dans le cadre du programme national exceptionnel destiné à ceux n’ayant pas achevé leurs recherches.
Au total, 702 demandes de prolongation et 51 recours ont été adressés par des boursiers n’ayant pas pu achever leurs recherches suite à la fermeture des universités durant les périodes de confinement, a indiqué M. Benziane, précisant que des prolongations allant de deux à trois mois ont été accordées avec un volume global de 1 983 mois de prolongation, ce qui a exigé des ressources financières considérables.