Une convention de coopération portant sur le développement et le renforcement de l’infrastructure de qualité dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique a été signée hier dimanche à Alger entre le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE) et l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac). Paraphée par le Directeur général d’Algerac, Nourredine Boudissa et le Commissaire du CEREFE, Noureddine Yasaa, cette convention s’inscrit dans le cadre des engagements des pouvoirs publics et la politique nationale de développement des énergies renouvelables pour l’amélioration des performances énergétiques. A l’issue de la cérémonie de signature de cette convention, les deux parties ont convenu de conjuguer leurs efforts pour créer une véritable synergie visant la promotion de l’assurance qualité des produits et services, afin d’accompagner la durabilité des investissements engagés dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Ce qui contribuerait à la préservation des intérêts de l’économie nationale ainsi que du consommateur final en mettant en œuvre les outils de garantie nécessaire. Le CEREFE et ALGERAC œuvrent dans le cadre de cette convention pour initier et accompagner les laboratoires d’analyse et les organismes de contrôle et d’inspection dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dans un processus d’accréditation, identifier les besoins et élaborer un répertoire national des organismes d’évaluation de la conformité relevant du secteur. Ils travailleront ensemble pour la mise en place de procédures de contrôle qualité des systèmes à énergies renouvelables et d’efficacité énergétique et pour également la promotion de la culture qualité à travers l’organisation conjointe de séminaires, programmes de formation et journées d’études en rapport avec les énergies renouvelables. M. Boudissa a souligné l’engagement d’Algerac d’accompagner les institutions relevant du secteur des énergies renouvelables pour qu’elles soient accréditées selon des références internationales, ce qui permettra également à l’Algérie de se doter de moyens de régulation et de contrôle efficace pour pouvoir garantir la qualité des produits importés et ceux fabriqués localement. Il a indiqué que 4 laboratoires de contrôle de la qualité des équipements et de la chaine de valeur dans les énergies renouvelables seront réceptionnés en 2022. De son côté, M. Yasaa a précisé que cette convention contribuera amplement à promouvoir la qualité des équipements et des installations relevant du secteur des énergies renouvelables, ainsi que l’accompagnement des laboratoires dans le processus d’accréditation. « Nous allons travailler avec l’Algerec pour élargir le nombre de laboratoires pour couvrir l’ensemble de la chaine de valeur dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique », a-t-il souligné. (APS)