Le ministère de l’Énergie s’attelle au lancement d’un avis d’appel d’offres national et international pour l’achèvement de la première phase de 4 000 mégawatts d’énergie solaire photovoltaïque, a déclaré, hier à Alger, le Directeur général du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), le professeur Noureddine Yassaâ.

L’invité de la Radio nationale a expliqué que le coût du kilowattheure sera déterminé en fonction des offres que présenteront les sociétés mixtes et l’offre la moins-disante sera retenue. L’Algérie encourage la production d’équipements pour l’énergie solaire et s’est engagée à accompagner l’intégration locale pour la réalisation de ces projets en adoptant avec comme politique le soutien des investisseurs dans le domaine. Noureddine Yassaa a également assuré que l’Algérie bénéficiera, grâce aux stations de production d’énergie solaire, de différents modèles et ce après achèvement de la réalisation de 20 stations dans le sud du pays, d’environ 400 mégawatts. Il a même mis en avant que l’Algérie se prépare à se doter d’une importante centrale solaire photovoltaïque, d’une capacité de 30 kW située au sein de l’Unité de recherche de Ghardaïa.
Aussi, il a annoncé le projet de réalisation d’une station photovoltaïque sur les toits inoccupés, en partenariat avec la Corée du Sud, et destinée à l’éclairage des administrations publiques.
Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) dispose de laboratoires de recherche et distribue des panneaux solaires destinés à l’éclairage des maisons dans les zones, à l’éclairage public et pour l’irrigation. Le CDER réalise également des champs de production d’énergie éolienne, comme c’est le cas à Reggane, In Salah et Tindouf. Adrar est également concerné par un projet de production de 10 MW à base d’énergie éolienne rendue favorable par la vitesse du vent dans cette région.
En décembre dernier, une nouvelle centrale photovoltaïque pilote d’une capacité de 30 kilowatts, et réalisée par l’Unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien (URER-MS) d’Adrar a été mise en service. Une opération qui intervient dans le cadre de la mise en œuvre d’un accord de partenariat algéro-sud-coréen dans le domaine de la recherche scientifique. Le programme national des énergies renouvelables mis en œuvre par les pouvoirs publics mise sur la production de 22 gigawatts à l’horizon 2030.