Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, jeudi à Alger, que l’année 2023 sera marquée par l’accélération et la livraison de nombre de projets d’électricité et de gaz au niveau de plusieurs wilayas du pays, outre la levée des obstacles ayant entraîné leur retard ces derniers temps.

Le ministre s’est exprimé lors d’une séance plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN), consacrée aux questions orales et présidée par le vice-président de l’APN, Abdellah Amari, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar. Répondant à une question du député Ahcene Meftah (RND), concernant un projet de raccordement des communes du nord de la wilaya de Mila au réseau du gaz naturel, M. Arkab a fait savoir que le taux d’avancement des travaux dudit projet s’élève à près de 88%, soulignant que le retard enregistré était dû essentiellement à un manque de pipelines de 8 pouces, à la contestation de certains propriétaires des terres et les terrains difficiles. Il a fait savoir, dans ce sens qu’un accord a été trouvé entre son département ministériel et celui de l’Industrie pour la fabrication de ce type de pipelines, importés actuellement par l’Algérie, au niveau de l’usine d’El Hadjar pour l’approvisionnement de ce projet et de tous les projets du secteur en suspens à travers le territoire national à même de permettre d’accélérer la cadence des projets, de raccorder le nord de la wilaya de Mila au réseau gazier et de résoudre définitivement ce problème durant le premier trimestre de 2023». Concernant une question du député Djamel Koreich (parti du FLN), sur les projets de réalisation de centrales électriques à Mila, le ministre a affirmé que cette dernière «est auto-suffisante en matière d’énergie», ajoutant qu’elle sera bientôt renforcée à travers la réception prochaine de deux centrales électriques à Oued Sedjin et Mila d’une capacité de 80 MVA (mégavolt-ampère), dont l’entrée en service est prévue durant le premier semestre de 2023. Le taux de raccordement au réseau électrique à la wilaya s’élève à 98,9%, est celui du gaz est à 65,81%, a précisé le ministre. S’agissant d’une question du député Mohamed Lamina Mabrouki (MSP), concernant le raccordement de la Daira d’Ain Boussif (Médéa) au gaz naturel, le ministre a affirmé que la wilaya avait bénéficié de plusieurs programmes dont celui de 2010-2014 et le programme complémentaire visant à raccorder plus de 50.000 foyers au réseau gazier, ce qui a permis d’augmenter le taux de raccordement à plus de 66%, soulignant que 57 communes étaient raccordées au réseau gazier sur un total de 64 communes. Les projets d’approvisionnement en électricité et en gaz naturel à Médéa avancent bien, en ce sens que le taux de raccordement des ménages à l’électricité est passé à 97% et devra atteindre 99% avec l’achèvement des projets en cours, soit en 2023 et 2024, a-t-il expliqué. Par ailleurs, le ministre a affirmé que projet de réalisation d’une centrale électrique à Ain Oussara (Djelfa), ayant accusé un retard de réalisation, serait mis en service partiellement d’ici la prochaine saison estivale, en attendant de lancer la production définitivement en 2024, avec une capacité de 1262 MW, indiquant que le taux d’avancement des travaux est à présent de 72%. En réponse à une question du député Ahmed Rabehi (parti du FLN), M. Arkab a expliqué que le retard accusé les années précédentes était essentiellement dû aux problèmes financiers auxquels a fait face l’entreprise de réalisation, outre les répercussions de la crise sanitaire, relevant l’importance de cette structure énergétique qui couvrira la wilaya de Djelfa et les wilayas limitrophes. A une question du député Rachid Cherchar (Mouvement El-Bina) sur l’emploi au sein des entreprises pétrolières à Oran, le ministre de l’Energie a assuré que les projets dans le domaine de la pétrochimie à Oran donneraient une grande impulsion à l’économie et à l’emploi dans la région, cette filière étant considérée comme «l’avenir de l’industrie pétrolière en Algérie».
Et d’ajouter que l’usine de liquéfaction de Sonatrach à Bethioua recrutera 115 employés, et la sélection aura lieu dès le traitement des listes de candidats et la réunion des conditions logistiques et humaines, «durant le premier trimestre de l’année en cours». Quant à la contribution du groupe pétrolier à l’activité sociale dans les régions est de la wilaya d’Oran, M. Arkab a rappelé que Sonatrach sponsorisait de nombreux clubs sportifs depuis 2009, et qu’elle avait également cédé une salle de sport au profit de la wilaya, dont le taux de réalisation est de 70 %. Sonatrach a cédé aussi des commerces semi-finis dont les prix sont fixés par l’administration du Domaine national de la wilaya d’Oran, d’une superficie de 5.280 M2, a-t-il conclu.(APS)