Le ministre de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab, a invité, hier mardi, les entreprises américaines à investir dans les secteurs des hydrocarbures et des mines en Algérie et à créer des partenariats mutuellement bénéfiques avec les entreprises algériennes, a indiqué un communiqué du ministère. M. Arkab s’exprimait lors d’une rencontre tenue au siège de son département ministériel avec l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique en Algérie, Mme Elizabeth Moore Aubin, a précisé la même source. Lors de cette rencontre, les deux parties ont abordé les relations bilatérales algéro-américaines dans le domaine de l’énergie et des mines qu’ils ont qualifiées d’« historiques et d’excellentes » ainsi que les perspectives de leur renforcement. Ils ont réaffirmé « la volonté pour la densification de la coopération en étudiant ensemble toutes les opportunités dans les industries pétrolières gazières, électriques et minières », a ajouté le communiqué. Mettant l’accent sur l’importance de la coopération et le partenariat stratégique liant les entreprises algériennes et américaines présentes en Algérie dans le domaine de l’énergie, M. Arkab a présenté, à cette occasion, les opportunités d’investissement et de partenariat qu’offre le secteur notamment dans l’exploration, le développement et l’exploitation des hydrocarbures.
A ce propos, le ministre a souhaité voir les entreprises américaines participer aux prochains appels d’offres que le secteur va lancer incessamment et bénéficier des avantages offerts par la nouvelle loi sur les hydrocarbures, a fait savoir le communiqué. Il a, également, insisté sur la volonté de l’Algérie d’œuvrer davantage pour mieux valoriser ses ressources pour explorer et exploiter son riche patrimoine minier, invitant « les compagnies américaines à investir dans le domaine minier en Algérie et de créer des partenariats avec les entreprises algériennes mutuellement bénéfiques avec un transfert du savoir-faire et la formation ». Les deux parties ont relevé aussi « les importantes opportunités de coopération et d’investissement existantes dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables (hydrogène) ainsi que dans le programme national du dessalement d’eau de mer sur le court et moyen terme, en souhaitant voir la participation des entreprises américaines à ce programme ». L’ambassadrice américaine a exprimé, pour sa part, sa « satisfaction pour la qualité des relations entre les deux pays et l’intérêt manifesté par les sociétés américaines ainsi que de la confiance qui caractérise les relations entre les entreprises des deux pays grâce à des partenariats équilibrés et solides », a-t-on souligné de même source. n