L’Institut de la transition énergétique et des énergies renouvelables (ITEER) sera ouvert à Sidi Abdellah en septembre 2021, a annoncé, mardi, le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour. Cette structure aura pour mission de former des experts capables de prendre en charge le plan des énergies renouvelables et d’économie d’énergies dans le cadre du projet de transition énergétique du pays.
Une transition que l’Algérie souhaiterait accomplir en comptant sur la coopération avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), a fait savoir M. Chitour à la Représentante résidente du Pnud en Algérie, Blerta Aliko, qu’il a reçue au siège de son département. Une coopération qui compterait sur «le partage d’expertise et d’expérience» avec cette institution, a souligné le ministre, cité par un communiqué de son département. Il s’agira de coopérer en visant un «renforcement des capacités et ce, à travers des actions concrètes qui permettront un accompagnement dans la réalisation des objectifs nationaux, notamment le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique et des projets y afférents», précise le communiqué.
D’où le souhait exprimé par le premier responsable du secteur de «bénéficier de l’expertise d’une institution aussi prestigieuse que le Pnud, de points de vue académiques mais éventuellement des savoirs qui existent dans certains nombres d’universités et auxquelles nous pouvons avoir accès», ajoute la même source.
Pour sa part, la représentante du Pnud a réitéré la disponibilité de son institution à «mettre tous les moyens nécessaires pour concrétiser une coopération fructueuse, dans les domaines de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables», indique-t-on. Lors de cette rencontre, il a été également évoqué la possibilité de l’organisation d’une manifestation avec le Pnud qui aura pour thématique «la transition énergétique en Algérie» au courant de l’année 2021, fait savoir encore le communiqué du ministère de tutelle. Fidèle à son discours, le professeur Chitour a souligné une nouvelle fois que l’efficacité énergétique représentait «le plus grand défi» en matière de transition énergétique. «Nous allons tout faire pour expliquer aux citoyens la nécessité d’aller vers une rationalisation de la consommation d’énergie», a-t-il dit, expliquant qu’il s’agit de «consommer moins, consommer mieux et au juste prix», et qu’«avec cette prise de conscience, les choses les plus compliquées se passeront plus facilement, car la société sera préparée». «Nous pouvons réussir notre transition sans l’accord de la société», a-t-il conclu.