Par Kahina Sidhoum
Des turbines de la SPE pour la construction d’une centrale à Tripoli sont transférées dans la capitale libyenne dans le cadre d’un «contrat de location». Cette opération confirme le rapprochement opéré depuis fin 2020 entre Sonelgaz et la libyenne Gecol.
Huit turbines à gaz mobiles ont été transférées par la Société algérienne de production électrique (SPE) en Libye pour la construction d’une centrale électrique. L’information a été donnée hier par le PDG de la filiale du groupe Sonelgaz, Sabri Lezhari, qui a indiqué que le lieu d’implantation de cette unité de génération d’énergie électrique est situé dans la capitale libyenne. «Depuis la semaine dernière, les équipes de la SPE ont pris en charge le transfert de huit turbines pour la construction d’une centrale de 160 MW à Tripoli, dans le cadre d’un plan d’urgence pour soulager le réseau libyen en vue d’assurer le passage de l’été 2021», a-t-il déclaré
M. Lezhari a déclaré que ces turbines, acquises en 2014 et déjà en exploitation à la centrale d’El Oued et de Boufarik (Blida), ont été transférées en Libye dans le cadre d’un contrat de location rendu possible en raison de l’excédent de production actuellement enregistré dans le réseau algérien. Il s’agit d’une «excellente opportunité pour notre société», a estimé le PDG de la SPE sans donner de détails sur la nature et l’avenir de ce contrat, expliquant, cependant, que ce contrat a été rendu possible après l’intervention «réussie» des équipes de sa société en octobre 2020 pour la remise en service de la centrale de Khoms (260 MW) à 120 km à l’est de Tripoli.
Le marché libyen de l’électricité est convoité par le groupe Sonelgaz et les opérateurs publics et privés du secteur algérien de l’énergie. Lors du forum économique algéro-libyen, qui s’est tenu à Alger fin mai et début juin dernier, le PDG de Sonelgaz, Chaher Boulakhras, avait déclaré que le Groupe est disposé à établir un partenariat avec la Libye dans le domaine de la production et des services énergétiques. Fin juin dernier, M. Boulakhras a rappelé, dans un passage à la Chaîne III, de la Radio nationale, le mémorandum d’entente signé en décembre 2020 par Sonelgaz avec l’opérateur libyen Gécol, compagnie générale libyenne d’électricité.
La présence effective de Sonelgaz en Libye «concrétise d’abord la stratégie globale du pays, ensuite, la vision stratégique de Sonelgaz d’aller à l’international. Il s’agit d’une concrétisation opérationnelle des recommandations du dernier Forum d’affaires algéro-libyen, tenu le 29 mai dernier», a fait savoir le PDG du groupe. Il revenait d’un déplacement en Libye où a été prise la décision «de renforcer la flotte de l’entreprise libyenne Gécol de turbines mobiles de plus de 265 mégawatts à partir du mois de juillet, la Libye souffre encore de problèmes de délestages récurrents, et ce, malgré l’intervention des équipes de Sonelgaz sur la centrale de Khoms, près de Tripoli», a-t-il ajouté, confirmant la collaboration entre Sonelgaz et Gécol. Chaher Boulakhras a également évoqué le projet à long terme d’une interconnexion entre l’Algérie et la Libye via les points frontaliers de Debdeb-Ghadamès. n