«Aller au plus vite vers une rationalisation de l’énergie électrique est de plus en plus fort indiqué car il y va de notre sécurité énergétique à long terme», juge le ministre de l’Energie Abdelmadjid Attar. Ce dernier, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Radio nationale, a ajouté d’un ton ferme : «Cet impératif nous impose la mise en place d’une nouvelle stratégie avec en ligne de mire assurer la sécurité énergétique du pays. Ce qui est une priorité absolue.» Selon le ministre, «compte tenu de la consommation intérieure croissante, nous sommes contraints de nous appuyer davantage sur les sources d’énergies renouvelables et à exploiter les richesses gazières et pétrolières pour créer des emplois». Et de lancer dans ce sens : «La priorité de la nouvelle stratégie énergétique sera la sécurité énergétique à long terme, qui est le principal pilier de tout développement ou activité économique.» Mais il a, cependant, souligné que «cette sécurité énergétique peut être atteinte en améliorant le rapport coût-efficacité de l’exploration, en remplaçant les réserves existantes et en améliorant les opérations de récupération car, dans ce dernier domaine, nous accusons du retard. C’est pourquoi il va falloir introduire de nouvelles technologies d’exploitation si nous voulons augmenter la capacité de production ainsi que la récupération». Toujours à propos de la nouvelle stratégie énergétique basée sur les instructions du président de la République, il a indiqué que «la priorité sera donnée au secteur de l’agriculture pour assurer notre sécurité alimentaire et aux investissements créateurs de richesses et d’emplois». Sur ce dernier point, l’invité de la radio a admis qu’il y a un grand retard dans les textes d’application concernant la loi sur les hydrocarbures et la bureaucratie a fortement entravé les activités de Sonatrach, indiquant que son département travaille actuellement à la préparation de 15 textes d’application qui ont un caractère urgent et qui seront soumis pour approbation début septembre prochain sur 43 textes, car ils ouvrent la porte aux partenariats et aux investisseurs étrangers.
Revenant sur le sujet de la consommation électrique nationale, le ministre a révélé qu’elle a baissé en comparaison aux dernières années. Signalant au passage «la production a atteint les 17 000 Mégawatt, ce qui est, selon lui, suffisant pour couvrir la demande en été, qui a atteint son pic pendant ce mois d’août. Concernant les prix de l’électricité, Attar a nié l’existence d’un projet de révision ou d’augmentation des prix de consommation pour les ménages. En revanche, un projet de révision des prix pour certains gros consommateurs d’électricité et de gaz est en cours de préparation.
Rappelons à ce sujet que Attar a, lors de son passage dimanche dernier à l’émission LSA du Soir d’Algérie, indiqué que les consommateurs ciblés par cette augmentation sont les hôtels cinq étoiles ou encore des complexes touristiques. «Il n’est pas concevable qu’un client d’un hôtel huppé paye les mêmes tarifs qu’un citoyen lambda», s’est offusqué le ministre. Toujours dans ce même ordre d’idées, le ministre a précisé : «Mis à part les ménages, les tarifs de l’électricité pourront éventuellement être multipliés par deux, voire par trois.» «Tout dépendra de ce qui sera décidé», a-t-il conclu. n