Après la brouille qui aura marqué leurs relations, notamment au sujet du maintien ou pas du rituel du sacrifice de l’Aïd el Adha, célébré vendredi dernier, la Commission de la fetwa du ministère des Affaires religieuses et le Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la crise sanitaire de la Covid-19 coordonnent leurs efforts.

PAR NAZIM B ET MILINA KOUACI
Les deux parties se sont, en effet, réunies hier dans une rencontre présidée par le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Youcef Belmahdi, en présence du porte-parole du Comité scientifique d’évaluation de la pandémie, Dr Djamel Fourar.
Cette rencontre de «concertation», telle que définie dans le communiqué du ministère des Affaires religieuses, intervient au lendemain de l’annonce portant sur la réouverture «progressive» des mosquées comme contenu dans le communiqué qui a sanctionné la réunion lundi du Haut-conseil de sécurité. S’en est suivi l’avis du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui a évoqué la nécessité pour les fidèles de respecter «rigoureusement» les mesures préventives contre la pandémie de la Covid-19 après la réouverture prochaine des mosquées. «La réouverture des mosquées ne veut pas dire omettre l’existence de la pandémie», a-t-il averti, ajoutant que «la mosquée doit être un exemple de respect des mesures préventives, y compris celui de la distanciation sociale et le port du masque de protection». M. Djerad a ajouté que «les mosquées ne devraient pas causer la propagation de la pandémie. Au contraire, elles doivent aider à y mettre un terme à travers le respect des mesures barrières».
Même son de cloche chez le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, qui a insisté hier lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale sur le respect strict de la distanciation physique et le port du masque ainsi que l’obligation, pour les fidèles, de se doter de leur propre tapis de prière, prévenant que «des personnes seront désignées afin de s’assurer du respect de ces mesures dans les mosquées».
En décodé, après le feu des voix politiques, la Commission de la fetwa et le Comité scientifique dédié au suivi de la pandémie se sont mis à coordonner leurs efforts afin de mieux encadrer la réouverture des mosquées, une opération dans laquelle interviendront sans doute les deux parties. A un autre niveau, selon la représentation des imams, on se félicite de la «décision courageuse» de permettre aux fidèles de retrouver la mosquée, tout en suggérant les précautions à prendre.
C’est ce que recommande le président de la Coordination des imams Djelloul Hadjimi qui, tout en saluant la décision, appelle les personnes qui ressentent des «symptômes évocateurs d’une infection au coronavirus de ne pas se rendre dans une mosquée et de rester confiné chez soi». «Il ne faut pas qu’on fasse des mosquées un foyer de l’épidémie», insiste M. Hadjimi, qui n’omet pas de rappeler, dans ce contexte, la contamination de 151 imams de coronavirus et du décès de 15 autres des suites de l’infection par la même épidémie. Outre les mesures préventives, les imams, souligne Djelloul Hadjimi, vont accomplir un travail de sensibilisation entre les fidèles et citoyens. «Nous n’allons pas cesser de faire notre devoir de sensibilisation que nous avons commencé depuis que le pays a enregistré les premiers cas de coronavirus», explique M. Hadjimi.